Berne

06 septembre 2017 15:41; Act: 07.09.2017 08:22 Print

L'énergie passe avant la langue chez S.O.S

par Fabien Eckert - Le duo, qui rappe en dialecte bernois, a placé deux albums dans les charts romands.

storybild

La musique de Nativ (à g.) et de Dawill peut aussi bien faire réfléchir que faire bouger. (Photo: DR)

Sur ce sujet
Une faute?

En Suisse allemande, le duo commence à faire du bruit. Il a notamment tapé dans l'oeil des programmateurs de SRF Virus, radio jeune du service public, et du «Tages Anzeiger». Les Romands ont eux craqué en découvrant S.O.S en concert lors du Royal Arena à Orpond (BE), près de Bienne, en août 2017. C'est d'ailleurs lors de ce festival que Reprezent.ch, site romand spécialisé dans le hip-hop, a rencontré Nativ et Dawill pour évoquer les albums «Imani» et «Akim».

«Au début, on voulait faire deux disques dont chacun serait son parfait contraire, mais quand on a commencé à travailler dessus on a remarqué que ce concept nous bloquait. Alors, on a juste fait la musique», disent les Bernois. Voilà pour le contenant. Quant au contenu, les textes de S.O.S sont dans la veine du rap conscient, parfois un brin déprimants. «On a décidé de les mélanger avec de la trap, avec du fun, avec de l'énergie qui te permet de nous écouter sans forcément rester croché sur le message. Notre énergie n'a pas de langue», résume le duo.

Côté live, les deux hommes est attendu à la Rote Fabrik de Zurich le jeudi 7 septembre 2017. Il n'y a pas d'autre concert annoncé pour l'instant. Au vu de leur succès, nul doute que de nouvelles dates vont tomber très rapidement.