Soprano

16 octobre 2014 16:09; Act: 07.11.2014 15:35 Print

Chanter plus que rapper pour casser les clichés

par Fabien Eckert - Soprano est de retour en solo le 17 octobre 2014 avec «Cosmopolitanie». A travers ce disque, il veut faire passer un message fort. Interview.

storybild

Le rappeur de 35 ans est des hommes les plus respectés du milieu hip-hop. (Photo: DR)

Une faute?

Soprano - Cosmo

Le Français est un homme à part dans le rap tricolore. Soprano reste loin des clashs et milite pour la tolérance, la paix et le bien vivre ensemble. Son nouvel album en est la preuve.

Quelle était l’idée de départ derrière ce CD?
Je voulais mélanger un maximum de styles pour être en adéquation avec le titre de l’album, «Cosmopolitanie», dérivé du mot cosmopolite. Je voulais pousser le message de ce nom le plus possible en avant.

D’où des beats electro, de la pop, des influences africaines, des titres calmes, des cordes et même un piano-voix...
Oui. Le but était de montrer la diversité musicale qui est en moi. C’est l’album le plus varié de ma carrière. Je ne me mets jamais de limites. Si j’ai envie de faire du jazz dans dix ans, j’en ferai!

Votre avis sur les rivalités dans le rap entre Booba et Rohff, vous qui avez des messages toujours positifs?
Moi, je ne clashe personne. Les gens associent souvent le rap à la violence. Ils nous mettent tous dans le même panier. Le rap n’est pas que ça. C’est ce que je montre. Dès qu’un mec n’est pas dans le clash ou la vulgarité, certains disent qu’il fait de la variété. J’ai souffert de ces clichés.

Sur «Mélancolie», vous chantez plus que ne rappez.
Justement pour casser les clichés. Je n’ai pas peur de perdre ma street crédibilité parce que pour moi c’est de la street débilité!

Conscient d’avoir une responsabilité avec vos textes?
Bien sûr! Je fais toujours attention à ce que j’écris. Mes parents, mes enfants écoutent mes titres. Je ne dois donc pas salir l’éducation que j’ai reçue et que je donne. Soprano - Fresh Prince