Sponsorisé

25 septembre 2017 13:54; Act: 26.09.2017 12:18 Print

Voilà comment nous vivrons demain

Un quatre pièces et demi pour une famille de quatre: nos habitats sont encore déterminés par l’image de la famille. Mais cela devrait bientôt changer.

Voir le diaporama en grand »

Une faute?

Une chambre d’enfants pour les enfants, une chambre à coucher pour les parents et un séjour pour toute la famille où petits et grands peuvent, par exemple, regarder la télé ensemble. Une grande partie des habitations épousent encore aujourd'hui le schéma familial du siècle dernier. Pourtant la cellule familiale a changé. Les évolutions sociales, économiques et technologiques s’imposent jusque dans nos foyers et changent nos structures au niveau de l'habitat.

Individualisation

La diversité des styles de vie et des modèles familiaux tranche avec les normes conventionnelles. Il est existe encore des familles traditionnelles, mais les séparations modifient la donne. Les nouveaux départs, le fait que l’on habite parfois seul, ou au contraire dans une colocation, les familles recomposées, avec ou sans enfants, sont autant de réalités contemporaines. Ces différents types de foyers ne s’accommodent pas tous des mêmes standards en matière d’habitation. Et si l’on rajoute à l’équation les frontières toujours plus fines entre travail et habitat, respectivement entre emploi et loisirs, la famille, les amis… tout cela influe notre environnement de vie.

Urbanisation

En 2007, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la majorité des être humains vivaient en ville plutôt qu’à la campagne. L’environnement urbain avec ses infrastructures, son offre pléthorique en matière d’emploi, de culture, de biens de consommation et de services est très attractive pour la plupart des gens. Conséquence directe de cette attractivité: les villes grandissent. Corollaire: la place à disposition de chaque individu rétrécit de plus en plus.

Art de vivre

Aujourd’hui, la plupart des gens attachent de l’importance au fait que leur logement corresponde à leur style de vie. Non seulement en matière d’aménagement intérieur, mais également au niveau de l’emplacement et de l’architecture.

Digitalisation

La digitalisation est une réalité incontournable dans bien des domaines de la vie quotidienne. La construction et l’habitat ne font évidemment pas exception en la matière. Bien connecté, notre chez-nous sera, à l’avenir, réorganisé, réaménagé et contrôlé différemment. Les «Smart Homes», c’est-à-dire les logis intelligents, promettent plus de sécurité et de confort. Le smartphone commandera, par exemple, les appareils ménagés comme le four ou la machine à café, ou encore les lumières. Il en ira de même pour le chauffage ou les stores électriques. Evidemment, l’électronique de loisir, avec son son léché et ses systèmes d’images de pointe, fera aussi un grand pas en avant.

Un besoin de nouvelles structures

Les tendances sociétales et les avancées technologiques exigeront de nouvelles structures en matière d’habitat. Il n’y aura plus de règle immuable concernant l’utilisation des pièces. Chacun décidera de leur utilisation en fonction de ses envies et besoins. Les spécialistes estiment qu’il n’y aura plus à proprement parler de chambre à coucher, de chambre des enfants, de séjour ou de salle de travail. Toutefois, le séjour, une pièce où il fera bon passer du temps ensemble, restera le centre névralgique de chaque foyer. C’est ce qui ressort d’une étude Forsa commandée par Ikea.

L’espace est également un sujet de préoccupation. C’est pourquoi, des concepts d’habitats collectifs font surface. Dans ces projets de «co-housing», les parties communes sont partagées. On accueillerait ainsi ses invités dans une sorte de «social hub» auquel auraient aussi accès les autres habitants de la maison. Cette mentalité du sharing a déjà fait ses preuves en matière d’automobile. En matière de logement, les mentalités sont encore très conservatrices. Ainsi, 92% des personnes sondées ne peuvent pas - ou vraiment pas - s’imaginer partager une pièce de séjour avec leurs voisins. Pourtant, il va falloir se montrer très créatif pour gérer la place, de plus en plus en ténue, à notre disposition. Il faudra prévoir des meubles multifonctions ainsi que des systèmes modulaires adéquats pour chaque situation, pour chaque style de vie. C’est un sacré défi pour les designers, mais les habitants doivent aussi apprendre à repenser l’utilisation de leur espace.

Conclusion

A chaque activité sa pièce dédiée? Cette façon de vivre touche probablement à sa fin. Dans l’idéal, une pièce devra se moduler rapidement et sans effort afin de seoir aux besoins du moment. Il est bien probable que l’habituel bloc canapés devant la TV laisse place à un mobilier multifonctions qui répondra à une utilisation quotidienne et optimale.