Nouveau scandale

29 octobre 2010 18:04; Act: 29.10.2010 18:08 Print

Berlusconi: «J'aime la vie et les femmes»

Le chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi, dont le nom est cité dans une nouvelle affaire sexuelle impliquant une mineure marocaine appelée Ruby, a ouvertement déclaré vendredi qu'il «aime la vie et les femmes».

Sur ce sujet
Une faute?

«Je suis une personne joyeuse, j'aime la vie et j'aime les femmes», a déclaré Silvio Berlusconi, 74 ans, aux journalistes italiens qui l'interrogeaient à Bruxelles, à l'issue du Conseil européen, sur le scandale sexuel qui secoue la scène politique italienne.

Toute la presse italienne évoque l'affaire de cette jeune Marocaine, Ruby, qui, à la recherche d'une carrière dans le spectacle, aurait participé à des fêtes osées. Arrêtée par la police suite à une accusation de vol, elle aurait parlé aux policiers de sa participation à des fêtes à Arcore, la résidence privée de Silvio Berlusconi près de Milan, dans le nord du pays.

La presse italienne semble exclure qu'elle ait eu des relations sexuelles avec Silvio Berlusconi et les avocats de ce dernier ont formellement démenti cette éventualité.

«Personne ne pourra me faire changer de style de vie, j'en suis fier. Je mène une vie terrible, je vais de l'avant en fournissant des efforts inhumains, travaillant jusqu'à deux heures et demie du matin. Ensuite je me couche et je me lève à sept heures. Et si de temps en temps j'ai besoin d'une soirée pour me détendre, personne ne me fera changer de style de vie», a-t-il ajouté.

«Je vous souhaite la même sérénité avec laquelle je me regarde dans le miroir», a poursuivi Silvio Berlusconi à l'adresse des journalistes. Le chef du gouvernement est accusé également d'avoir fait pression pour obtenir la libération de cette jeune fille alors qu'elle se trouvait au poste de police pour une affaire de vol.

«Je n'ai influencé personne. J'ai demandé à Nicole Minetti», une jeune femme membre de son parti à Milan, «d'aller aider une personne (Ruby, ndlr) qui aurait pu être, non pas livrée à une communauté ou emprisonnée, mais mise sous tutelle», a expliqué Silvio Berlusconi.

«Comme elle m'avait raconté avoir eu une vie difficile, je l'ai aidée. Mais je ne lui ai rien offert, pas de voitures, comme écrit la presse», a ajouté le chef du gouvernement. Silvio Berlusconi a déjà été impliqué dans le passé dans plusieurs scandales sexuels qui ont poussé son épouse Veronica Lario à demander le divorce.

(afp)