01 mai 2007 23:00; Act: 01.05.2007 19:25 Print

L’écrivain aux 1075 livres n’est pas le plus riche

SAO PAULO – Ryoki Inoué, l’écrivain le plus prolifique, a publié 1075 livres sous 39 pseudonymes différents.

Une faute?

La littérature pulp, ou de roman de gare, a donné naissance à des phénomènes littéraires comme Georges Simenon, l’auteur des «Maigret», ou Ryoki Inoué. Ryoki? L’ex-chirurgien, qui s’est lancé dans l’écriture à l’âge de 40 ans, serait l’écrivain le plus prolifique, selon le Courrier International. Le Brésilien d’origine japonaise figure en effet au Livre Guinness des Records. Selon son site Internet, il a écrit et publié 1075 livres en vingt et un ans. En 1986, il a abandonné le bistouri pour pondre des romans populaires (Far West, polar, guerre, romance). Sa première œuvre, «Les colts de McLee», vendue à 15 000 exemplaires, lui a rapporté 30 dollars (36 fr.). Ce tarif ne paie pas l’impression du manuscrit, ni les timbres-poste pour son envoi. «La seule solution consistait à augmenter la productivité», a confié l’écrivain, qui a commis jusqu’à trois romans par jour, et publié sous 39 pseudonymes différents. Ce workaholic a dû changer de clavier d’ordinateur tous les six mois. A la demande d’un journaliste du Wall Street Journal, il a rédigé un roman de 195 pages en six heures. Au début des années 1990, sa production a monopolisé les 95% du marché du pulp au Brésil, 750 000 exemplaires par mois. Au millième titre, il est passé à des romans plus longs, 75 à ce jour. Malgré cela, il a dû écrire les discours de chefs d’entreprise et donner des ateliers d’écriture. Aujourd’hui, il cherche à exporter ses romans à l’étranger.

Giuseppe Melillo