Etats-Unis

13 novembre 2016 07:00; Act: 13.11.2016 19:31 Print

«Trump est le premier président anti-science»

La communauté scientifique tremble depuis l'élection du républicain. Certains estiment que les conséquences pourraient être sévères.

Voir le diaporama en grand »
Le président élu des Etats-Unis a annoncé le retrait des USA du traité commercial transpacifique (TPP). (Mardi 22 novembre 2016) L'ambassadeur d'Israël aux Etats-Unis Ron Dermer a rendu visite à New York à Donald Trump en le qualifiant de «véritable ami» de l'Etat hébreu. (Jeudi 17 novembre 2016) Human Rights Watch executive director Kenneth Roth talks during a media conference at the Residence Palace in Brussels, Monday, Jan. 24, 2011. Human Rights Watch released its annual review of human rights situations around the world, this year focusing on what it calls the silence and complicity of the U.S., U.N., EU and major European nations in dealing with rights-abusing developing nations. (AP Photo/Geert Vanden Wijngaert) Le sénateur de l'Alabama Jeff Sessions et la porte-parole de Donald Trump Kellyanne Conway font un point sur les consultations pour former un cabinet ministériel à la Trump Tower. (Jeudi 17 novembre 2016) Shinzo Abe, Premier ministre japonais, a été le premier dirigeant étranger à être reçu par Donald Trump. (Jeudi 17 novembre 2016) Le plan d'investissement dans les infrastructures promis par le président élu engrange les soutiens malgré des modalités encore floues. (Mercredi 16 novembre 2016) Les tractations pour former le futur gouvernement Trump ont lieu à la Trump Tower. (Mercredi 16 novembre 2016) L'agence de notation Standard & Poor's a estimé qu'une dérèglementation totale du secteur financier serait difficile alors que Donald Trump a promis de démanteler une loi emblématique votée après la crise de 2008. (Mercredi 16 novembre 2016) Le président ukrainien Petro Porochenko a salué la victoire de Donald Trump et a appelé au soutien des Etats-Unis lors d'une conversation téléphonique avec son futur homologue américain. (Mardi 15 novembre 2016) L'ancien maire de New York Rudy Giuliani est pressenti pour diriger la diplomatie américaine. (Mardi 15 novembre 2016) La Chine a encensé Donald Trump, lui qui a vertement critiqué ce pays. (Mardi 15 novembre 2016) L'élection de Donald Trump réjouit les djihadistes, qui pensent pouvoir recruter davantage. (Mardi 15 novembre 2016) Face à l'élection de Donald Trump, la ministre mexicaine des Affaires étrangères a demandé à ses diplomates postés aux Etats-Unis de préparer des programmes de soutien aux migrants nationaux sur le sol américain. (Dimanche 13 novembre 2016) Les ministres des Affaires étrangères de l'UE se sont efforcés à Bruxelles de dédramatiser les relations avec la future administration Trump, plaidant pour un «partenariat très fort» avec Washington. (Dimanche 13 novembre 2016) Donald Trump a adressé sur CBS des signaux contrastés sur les sujets de société, réaffirmant ses convictions anti-avortement et pro-armes à feu mais disant accepter le mariage homosexuel. (Dimanche 13 novembre 2016) Donald Trump a annoncé la nomination du président du parti républicain Reince Priebus comme secrétaire général de la Maison Blanche. (Dimanche 13 novembre 2016) La communauté scientifique craint que le nouveau président des Etats-Unis ne représente un obstacle à la recherche. Donald Trump est un climatosceptique qui a annoncé vouloir renoncer à l'accord sur le climat signé à Paris. (Dimanche 13 novembre 2016) Le chef de file de la campagne pro-Brexit, Nigel Farage, a rendu visite à Donald Trump. Les équipes ont qualifié la réunion de «très productive». (Samedi 12 novembre 2016) Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a adressé un vibrant plaidoyer pour du maintien de l'action des USA contre le réchauffement. (Dimanche 13 novembre 2016) Donald Trump estime que Facebook, Twitter et Instagram l'ont aidé à gagner des Etats où ses adversaires démocrates «dépensaient beaucoup plus d'argent» que lui. (Samedi 12 novembre 2016) Pour Barack Obama, les Etats-Unis doivent résister à la tentation de l'isolationnisme et travailler avec leurs alliés à défendre leurs valeurs communes. (Samedi 12 novembre 2016) Les manifestants à Los Angeles étaient plus de 10'000 à défiler contre le nouveau président. (Samedi 12 novembre 2016) A New York, au moins 15'000 personnes ont remonté la 5e Avenue jusqu'à la 56e rue, où se trouve la tour Trump. (Samedi 12 novembre 2016) Les manifestations contre l'élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis se poursuivaient samedi. (Samedi 12 novembre 2016) Le secteur technologique américain va devoir composer avec le nouveau président Donald Trump. (Samedi 12 novembre 2016) Ban Ki-moon à Mont Pelerin (Suisse) le 7 novembre 2016. Dans une interview à l'AFP le 11 novembre, le secrétaire général de l'ONU dit qu'il pense que Donald Trump le président se démarquera de Donald Trump le candidat. (Samedi 12 novembre 2016). L'ancien président Bill Clinton, le 9 novembre 2016 à New York, alors que son épouse Hillary reconnaît sa défaite à la présidentielle.Donald Trump, dans une interview à CBS News qui sera diffusée dimanche, affirme qu'il songe à demander conseil à Bill Clinton. Il complimente également son ancienne adversaire Hillary Clinton. (Samedi 12 novembre 2016). Donald Trump a annoncé que son équipe de transition chargée de réfléchir au prochain gouvernement serait dirigée par le vice-président élu. (Vendredi 11 novembre 2016) Arrivée tard dans l'équipe de Donald Trump, la directrice de campagne Kellyanne Conway a joué un rôle déterminant dans l'élection de l'homme d'affaires. (Vendredi 11 novembre 2016) L'interdiction d'entrée des Musulmans sur le territoire américain a réapparu jeudi sur le site internet du candidat républicain, après avoir disparu quelques heures, officiellement pour une raison technique. (Vendredi 11 novembre 2016) Quelque 300 personnes ont battu le pavé à Baltimore. (Jeudi 10 novembre 2016) Un juge fédéral encouragé les parties à signer un accord amiable dans le cadre de la plainte en nom collectif déposée contre l'Université Trump. (Jeudi 10 novembre 2016) Donald Trump a invité la Première ministre britannique Theresa May à lui rendre visite «aussi vite que possible», lors de leur première conversation téléphonique depuis le scrutin de mardi. (Jeudi 10 novembre 2016) A San Francisco (ouest), quelque 1000 jeunes, surtout des lycéens, ont défilé, marchant du quartier financier vers la mairie en scandant «Ce n'est pas mon président!» et bloquant la circulation. (Jeudi 10 novembre 2016) Des manifestants anti-Trump défilent dans le campus de UCLA à Los Angeles. (Jeudi 10 novembre 2016) Le Canada et le Mexique sont prêts à renégocier l'Accord de libre-échange nord-américain (Aléna) comme le souhaite le président élu Donald Trump. (Jeudi 10 novembre 2016) Le Dow Jones a battu un record deux jours après l'élection de Trump. (Jeudi 10 novembre 2016) Le président Barack Obama a fait état d'une «excellente conversation» après son premier entretien jeudi dans le Bureau ovale avec le républicain Donald Trump élu mardi pour lui succéder en janvier. (Jeudi 10 novembre 2016) Donald Trump, son épouse Mélania et le vice-président Mike Pence sont accueillis à la Maison Blanche. (Jeudi 10 novembre 2016) Le président Barack Obama a fait état d'une «excellente conversation» après son premier entretien jeudi dans le Bureau ovale avec le républicain Donald Trump élu mardi pour lui succéder en janvier. (Jeudi 10 novembre 2016) Des islamistes extrémistes ont salué la victoire de Donald Trump sur les réseaux sociaux. (Jeudi 10 novembre 2016) Malgré des accusations d'agression sexuelle, des propos misogynes et une position controversée sur l'avortement, Donald Trump a conquis la Maison Blanche en partie grâce au vote de femmes. (Jeudi 10 novembre 2016) A Los Angeles, les manifestants dénoncent le système électoral indirect américain. (Jeudi 10 novembre 2016) La police intervient pour dissiper les manifestants à Oakland, en Californie. Les bourses en Asie rebondissaient jeudi, Tokyo en tête, après la victoire de Donald Trump. L'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo s'est envolé pour clôturer à 6,7%. (10 novembre 2016) Au lendemain de l'élection de Donald Trump, toute la presse suisse s'interrogeait quel président pouvait-il bien être? Entre stupeur, pessimisme et incertitude, certains éditoriaux tentent de comprendre pourquoi tandis que d'autres se demandent comment se construira la suite. (10 novembre 2016) Le Canada s'inquiète d'une future remise en cause par Donald Trump des accords de libre-échange partagés avec son voisin américain. (Jeudi 10 novembre 2016) Patron d'un empire et, désormais, président des Etats-Unis: en cumulant ces deux casquettes, Donald Trump s'expose à des conflits d'intérêts d'une magnitude sans précédent. (Jeudi 10 novembre 2016) L'élection de Donald Trump est considérée mercredi comme un séisme par la presse française qui s'inquiète de la prochaine réplique qui pourrait se produire en France. (Jeudi 10 novembre 2016) Le président américain Barack Obama reçoit jeudi le républicain Donald Trump à la Maison Blanche, en tant que nouveau président élu de la première puissance mondiale. (Mercredi 9 novembre 2016) A New York, plusieurs milliers de personnes ont défilé pour crier haut et fort que Trump n'était pas leur président. (Mercredi 9 novembre 2016) Plusieurs centaines de jeunes manifestants se sont rassemblés devant la Maison Blanche, à Washington, pour une veillée aux bougies en cette soirée pluvieuse. (Mercredi 9 novembre 2016) A Chicago aussi, les manifestants se sont rassemblés autour de l'Hôtel Trump International. (Mercredi 9 novembre 2016) A Portland (Oregon), quelque 300 personnes se sont rassemblées, certaines ayant un temps bloqué la circulation tandis que d'autres ont brûlé le drapeau américain. (Mercredi 9 novembre 2016) Si la tendance se confirme, Donald Trump aura été élu président tout en ayant récolté moins de votes qu'Hillary Clinton, ce qui pourrait relancer les appels à réformer le système électoral américain. (Mercredi 9 novembre 2016) Alors que les analystes s'attendaient à une chute de Wall Street en cas de victoire de Trump, les investisseurs ont pris à contre-pied ces prévisions en portant les marchés américains proches de records. (Mercredi 9 novembre 2016) Bernie Sanders s'est dit prêt à travailler avec Donald Trump s'li compte vraiment «améliorer la vie des familles de travailleurs». (Mercredi 9 novembre 2016) Le président Barack Obama s'est exprimé à la Maison Blanche. Il a affirmé qu'il travaillerait avec Donald Trump pour une transition en douceur. (Mercredi 9 novembre 2016) Hillary Clinton s'est exprimée pour la première fois depuis l'annonce de sa déroute électorale, sur la scène d'un hôtel de Manhattan. (Mercredi 9 novembre 2016) Le colistier de Clinton, le sénateur Tim Kaine a livré un discours ému à New York. (Mercredi 9 novembre 2016) L'équipe et les soutiens de Hillary Clinton attendent au New Yorker hotel avant le discours de défaite de la candidate démocrate. (Mercredi 9 novembre 2016) Une réunion spéciale des chefs de la diplomatie de l'UE aura lieu dimanche à Berlin. La chancelière allemande Angela Merkel a averti Donald Trump qu'une future «coopération étroite» entre leurs deux pays devrait se fonder sur les valeurs communes démocratiques. (Mercredi 9 novembre 2016) La presse, ici , commente l'élection surprise de Donald Trump. (Mercredi 9 novembre 2016) La presse japonaise a aussi fait sa Une sur une électionqui a provoqué onde de choc dans le monde. (Mercredi 9 novembre 2016) Poing levé, Donald Trump savoure sa victoire. (Mercredi 9 novembre 2016) Le nouveau président des États-Unis Donald Trump a promis de « rendre à l'Amérique sa grandeur» , avec deux idées force: revitaliser l'économie et protéger les Américains. (Mercredi 9 novembre 2016) A Seattle, des manifestants allument des feux d'artifice pour exprimer leur colère après l'élection de Donald Trump. A Oakland en Californie, des feux de poubelle. (Mercredi 9 novembre 2016) Le vice-président Mike Pence avec son épouse Karen. Avocat de formation, ancien animateur de radio, il connaît bien les arcanes de Washington. (Mercredi 9 novembre 2016) Donald Trump salue ses partisans en compagne de son épouse Mélanie (Mercredi 9 novembre 2016) «Je serai le président de tous les Américains», a affirmé Donald Trump, 45e président des Etats-Unis. (Mercredi 9 novembre 2016) Donald Trump est devenu le 45e président des Etats-Unis. (Mercredi 9 novembre 2016) Donald Trump sera le 45e président des Etats-Unis. (Mercredi 9 novembre 2016) A Kaboul, on suit avec intérêt les résultats de l'élection présidentielle sur la CNN. (Mercredi 9 novembre 2016) La carte électorale s'est largement colorée du rouge des républicains et de Donald Trump qui se rapproche des 270 grands électeurs. (Mercredi 9 novembre 2016) Choquée, une jeune femme pleure. La possible victoire de Donald Trump provoque la stupeur chez les partisans de Hillary Clinton. (Mercredi 9 novembre 2016) Les larmes d'une partisane de Hillary Clinton. Donald Trump gagne la Floride et se rapproche des 270 grands électeurs (Mercredi 9 novembre 2016) Dans le camp républicain, c'est la jubilation. Donald Trump se rapproche de la Maison-Blanche. Vers 05h30 suisses, il totalisait 232 des 270 grands électeurs nécessaires pour s'installer dans le Bureau ovale, selon CNN. Un selfie avec l'effigie de Donald Trump. Dans QG de Hillary Clinton, c'est le coup assommoir. La victoire de Trump semble acquise. (Mercredi 9 novembre 2016) Dans QG de Hillary Clinton, c'est le coup assommoir. La victoire de Trump semble acquise. (Mercredi 9 novembre 2016) Dans QG de Hillary Clinton, c'est le coup assommoir. La victoire de Trump semble acquise. (Mercredi 9 novembre 2016) Les partisans de Donald Trump crient déjà victoire à New York. Le candidat républicain à la Maison Blanche remporte les Etat-clés de Floride et Caroline du Nord. (Mercredi 9 novembre 2016) Les résultats favorables à Donald Trump ont fait dévisser les marchés américains dans les contrats à terme. Vers 23H00 à New York (mercredi à 05H00 suisses), les indices boursiers s'affichaient tous en nette baisse. (Mercredi 9 novembre 2016) La déception est visible chez cette femme qui suit à la télévision les résultats favorables à Trump, dans l'ambassade des États-Unis à Londres. (Mercredi 9 novembre 2016) Un vent de victoire souffle parmi le partisans de Hillary Clinton qui a remporté la Virginie. Les visages sont très tendus au QG d'Hillary Clinton, le Javits Convention Center à New York, alors que le décompte est plutôt défavorable à la démocrate dans la première moitié de la soirée. L'élection américaine est suivie dans le monde entier. Ici dans un café de Pékin, en Chine. Un électeur anti-Trump le 'vire' sur Times Square, à New York, en pleine soirée électorale. Un supporter de Trump, à Orlando, réagit aux annonces des résultats ultra-serrés en Floride. (Mercredi 9 novembre 2016). L'ancien candidat à la primaire républicaine pour la Maison Blanche, Marco Rubio, a été réélu sénateur de Floride. (Mercredi 9 novembre 2016). Des militants démocrates suivent les résultats d'un oeil anxieux.(Mercredi 9 novembre 2016). Ce démocrate a choisi d'illuminer la nuit avec son chapeau amusant. (Mercredi 9 novembre 2016). Le point de la situation, à 2h (heure suisse): Hillary Clinton avait pris la tête des opérations, comptant 68 grands électeurs à son actif contre 48 pour Donald Trump. (Mercredi 9 novembre 2016) Le point de la situation, à 1h30 (heure suisse): Donald Trump menait le bal, après avoir remporté l'Indiana, le Kentucky et la Virginie-Occidentale, soit 24 grands électeurs. Hillary Clinton n'était victorieuse que dans le petit Etat du Vermont, ce qui lui apportait 3 grands électeurs. (Mercredi 9 novembre 2016) A Philadelphie, les files devant un bureau de vote étaient encore longues en début de soirée. (mardi 8 novembre 2016) Un supporter démocrate à Philadelphie, en Pennsylvanie. (mardi 8 novembre 2016) Des urnes accueillent les bulletins de vote dans la rue à Seattle. (mardi 8 novembre 2016) Le centre Rockefeller, à New York, est illuminé aux couleurs des Etats-Unis. (mardi 8 novembre 2016) On suit l'élection américaine un peu partout dans le monde, comme ici en France, à la Maison de la Radio. (mardi 8 novembre 2016) A Phoenix, en Arizona. (mardi 8 novembre 2016) A Arlington en Virginie.(mardi 8 novembre 2016) En Viriginie, à Arlington, les électeurs font la queue pour voter.(mardi 8 novembre 2016) La volontaire Mary Lou Flayhan tient le bureau de vote à Biloxi, dans le Mississippi. (mardi 8 novembre 2016) Ivanka Trump (à gauche) colle un autocollant à sa fille Arabella Rose Kushner sous le regard du candidat républicain Donald Trump et de sa femme Melania après qu'ils eurent voté dans un bureau de vote de Manhattan, à New York. (mardi 8 novembre 2016) A Sutton, dans le New Hampshire, les habitants votent ce mardi 8 novembre 2016. A Minneapolis, les habitants votent ce mardi 8 novembre 2016. Le sénateur Chuck Schumer vote à Brooklyn, ce 8 novembre 2016. Donald Trump a voté vers 17h11 à New York ce mardi 8 novembre 2016. A Denver, dans le Colorado, le e-voting est de mise. (Mardi 8 novembre 2016) A New York, il y a foule pour aller voter. (Mardi 8 novembre 2016) Dans le Missouri, on fait la queue avec patience. Des centaines de personnes attendent leur tour à Washington On se déplace en famille en Virginie. Hillary Clinton a voté peu après 08H00 du matin (14h en Suisse) dans une école élémentaire près de son domicile de Chappaqua, dans l'Etat de New York. Que fait Obama les jours d'élection ? Il joue au basket! Par superstition! En 2008 comme en 2012, il avait joué au basket le jour même de l'élection, dans son fief de Chicago, pour tromper l'attente. Le vice-président Joe Biden a voté. (Mardi 8 novembre 2016). Les bureaux de vote de neuf Etats de la côte ont ouvert leurs portes mardi matin à six heures locales, comme ici dans l'Indiana. (Mardi 8 novembre 2016). Les électeurs votent en masse en Virginie. (Mardi 8 novembre 2016). En Virginie. (Mardi 8 novembre 2016). A Indianapolis, Indiana. (Mardi 8 novembre 2016). A Hoboken, dans le New Jersey. (Mardi 8 novembre 2016). Le candidat à la vice-présidence démocrate, le sénateur Tim Kaine, vote à Richmond, en Virginie. (Mardi 8 novembre 2016). Proche du Canada, les sept électeurs de Dixville Notch ont lancé symboliquement l'élection présidentielle. (8 novembre 2016) Les sept électeurs de Dixville Notch ont lancé symboliquement l'élection présidentielle. Le greffier a annonçé les résultats: la démocrate Hillary Clinton a remporté quatre voix, son rival républicain Donald Trump deux voix et le candidat indépendant Gary Johnson une voix. (8 novembre 2016) La potentielle première présidente des Etats-Unis, entourée par les deux derniers présidents démocrates Barack Obama et son mari Bill Clinton, le 7 novembre 2016 à Philadelphie. (Mardi 8 novembre 2016). Barack Obama a encouragé les électeurs, lundi dans le Michigan: «Vous avez l'occasion d'élire la première femme présidente! Faites pour Hillary ce que vous avez fait pour moi», a-t-il lancé à la foule. (7 novembre 2016) Hillary Clinton pourrait bien profiter des votes anticipés latino, alors que Donald Trump s'est mis la communauté hispanique à dos avec ses propos outranciers. (7 novembre 2016) Les marchés financiers réagissent positivement après la décision du FBI de ne pas poursuivre Hillary Clinton pour l'affaire des courriels. (7 novembre 2016) La fin de la lettre, signée du directeur du FBI, James Comey. (6 novembre 2016) Katy Perry a soutenu Hillary Clinton lors d'un concert à Philadelphie. (Samedi 5 novembre 2016) Donald Trump, lors de l'allocution hebdomadaire du parti républicain: «Il est temps de fermer les livres d'histoire sur les Clinton et d'ouvrir un nouveau chapitre éclatant qui s'intéresse aux grands citoyens de ce pays.» (5 novembre 2016) Donald Trump et Hillary Clinton ont courtisé frénétiquement les électeurs indécis en quadrillant les Etats-Unis. (Vendredi 4 novembre 2016) La candidate tente de limiter les dégâts, malgré un écart considérablement plus faible dans les sondages. (Vendredi 4 novembre 2016) Coup de massue pour Hillary Clinton, qui menait de loin dans les sondages: le FBI a rouvert une enquête sur ses emails. (Vendredi 28 octobre 2016) Lors d'un dernier débat à Las Vegas, Hillary Clinton a confirmé sa domination sur Donald Trump. (19 octobre 2016) Trois discours rémunérés d'Hillary Clinton, payés par la banque Goldman Sachs, ont été publiés par le site Wikileaks, qui avait promis des révélations compromettantes. (Samedi 15 octobre 2016) Deux femmes ont accusé Donald Trump d'attouchements sexuels il y a plusieurs années dans des témoignages publiés par le «New York Times». (Mercredi 12 octobre 2016) Lors d'un second débat dans le Missouri, Donald Trump s'est excusé pour ses propos sur les femmes et Hillary Clinton a capitalisé sur cette sortie polémique. (Dimanche 9 octobre 2016) Les médias rapportent que Trump pourrait avoir évité, de manière légale, de payer des impôts pendant près de 20 ans en déclarant des pertes de 916 millions de dollars en 1995. (Samedi 1er octobre 2016) Hillary Clinton est devenue le 26 juillet à Philadelphie, la première femme investie dans la course à la présidence par un parti majeur aux Etats-Unis. (Jeudi 28 juillet 2016) Donald Trump a été investi candidat des républicains à la convention de Cleveland dans l'Ohio. (21 juillet 2016)

Sur ce sujet
Une faute?

De la lutte contre le réchauffement climatique aux budgets de la recherche, la communauté scientifique américaine craint le pire de la future administration républicaine, Donald Trump étant perçu comme le président le plus hostile à la science à entrer à la Maison Blanche.

«Trump est le premier président anti-science que nous avons jamais eu et les conséquences vont être très sévères», estime Michael Lubell, le porte-parole de l'American Physical Society à Washington dans la revue scientifique britannique Nature, exprimant le pessimisme ambiant des scientifiques aux Etats-Unis.

Rejet de la théorie de Darwin

Son vice-président, Mike Pence, l'ultra conservateur gouverneur d'Indiana, est un créationniste qui, dans au moins une interview, a rejeté avec force la théorie de l'évolution de Darwin, fondement de la biologie moderne.

«Il y a une crainte de voir l'infrastructure scientifique américaine être mise à genoux», relève Robin Bell, une géophysicienne de l'Université Columbia à New York, évoquant la réduction des budgets et l'incapacité d'attirer des talents étrangers indispensables à la recherche fondamentale.

Crainte pour le climat

Les craintes se concentrent surtout à ce stade sur le climat, alors que l'homme d'affaires new-yorkais a déclaré ne pas croire à la responsabilité humaine dans le réchauffement, qualifié de «complot de la Chine» contre les Etats-Unis, et promettant «d'annuler la participation des Etats-Unis à l'accord de Paris».

«Si Trump tient ses promesses de campagne et retire le pays de l'accord de Paris, il est difficile de voir comment on pourra maintenir la hausse de la température du globe au-dessous des niveaux dangereux, à savoir moins de deux degrés», explique à l'AFP le climatologue Michael Mann, directeur du Centre des sciences de la Terre (ESSC) à l'Université de Pennsylvanie.

Les Etats-Unis sont le deuxième plus gros émetteur de gaz à effet de serre après la Chine.

Dix ans de perdu

Pour John Abraham, professeur d'ingénierie mécanique à l'université St. Thomas dans le Minnesota, «cette élection va nous coûter au moins une décennie» en terme de lutte contre le réchauffement. «J'étudie la montée des températures dans les océans et l'équilibre thermique de la Terre et les données nous sautent aux yeux», dit-il dans un courriel à l'AFP.

Le scientifique estime que «la seule façon de pouvoir éviter les pires effets du changement climatique est d'appliquer rapidement les mesures prises par Obama».

Sévères conséquences

Début octobre, près de 400 scientifiques, dont 30 prix Nobel, avaient fustigé dans une lettre ouverte le candidat républicain pour avoir promis, s'il était élu, de retirer les Etats-Unis de l'accord de Paris sur le climat.

«Un 'Parexit' enverrait un signal clair au reste du monde que les Etats-Unis ne se soucient pas des problèmes du réchauffement provoqués par les activités humaines», écrivaient-ils. Pour eux, «les conséquences d'une telle décision seraient sévères et durables pour le climat de notre planète».

«Clairement Donald Trump n'est pas informé sur beaucoup de choses et, concernant le climat, il ne fait aucun doute que c'est grave», juge Rush Holt, le directeur général de l'Association américaine pour l'avancement de la science (AAAS), la plus grande organisation scientifique généraliste mondiale qui publie la prestigieuse revue Science.

Il relève notamment dans un entretien avec l'AFP le fait que Donald Trump ait retenu Myron Ebell, un climato-sceptique notoire pour rejoindre son équipe de transition et potentiellement diriger l'Agence de protection de l'environnement (EPA), le principal outil avec lequel le président Barack Obama a imposé par voie réglementaire une réduction des émissions de carbone, notamment des centrales électriques à charbon et des automobiles.

Un mur contre le réchauffement

Mais, estime ce physicien et ancien élu démocrate de la Chambre des représentants, «on ne sait pas vraiment ce que pense Donald Trump sur le réchauffement» ou d'autres sujets, pointant des déclarations souvent contradictoires. Ainsi, il a demandé un permis pour construire un mur côtier pour protéger son terrain de golf en Irlande des effets du réchauffement.

«Il se pourrait qu'il voit le problème différemment si on lui présente le changement climatique en termes de coûts financiers et non pas dans une perspective de politique nationale et internationale», suggère Rush Holt.

L'espace est à ce jour le domaine scientifique pour lequel Donald Trump a clairement exprimé son soutien. «L'observation depuis l'espace et l'exploration au-delà de l'orbite terrestre devraient être des priorités», a-t-il écrit en réponse à une question de ScienceDebate.org.

(nxp/afp)