Energy Challenge

03 octobre 2017 09:53; Act: 13.10.2017 07:41 Print

Charger une voiture avec sa propre installation?

par Stephanie Sigrist - Un lecteur voudrait produire l’électricité pour sa voiture électrique lui-même au moyen d’une installation photovoltaïque. Est-ce possible? Dr. Energy fait les calculs.

storybild

Si Markus peut se permettre une BMW i3, par exemple, et quil parcourt moins de 15 000 kilomètres par an avec sa voiture, sa consommation annuelle sera de moins de 2000 kilowattheures. La surface dune installation photovoltaïque capable de produire cette quantité dénergie sera denviron 15 m2. (Photo: BMW)

Sur ce sujet
Une faute?

«J’aimerais m’acheter une BMW électrique et remplacer mon chauffage au mazout par une pompe à chaleur. Quelle serait ma consommation d’électricité? Puis-je tout produire moi-même avec une installation photovoltaïque (huit kilowattheures) sur mon toit? Quelle somme vais-je ainsi économiser?»
Markus (35 ans) de Davos (GR)

Les voitures électriques ne sont pas différentes des voitures à moteur à combustion: il existe des modèles économiques qui ont besoin de dix kilowattheures pour faire 100 kilomètres et d’autres qui consomment plus du double. Logiquement, les grands véhicules lourds consomment plus que les petites voitures électriques légères. La taille des batteries est donc naturellement adaptée afin d’atteindre une autonomie correcte.

La combinaison d’une voiture électrique et d’une installation photovoltaïque est idéale d’un point de vue écologique, mais aussi économique. Si vous pouvez vous permettre la BMW i3, qui est très économe en énergie, et que vous ne l’utilisez pas trop souvent (jusqu’à environ 15 000 kilomètres par an), votre consommation annuelle sera de moins de 2000 kilowattheures. La surface d’une installation photovoltaïque capable de produire cette quantité d’énergie sera d’environ 15 m2 et pourra probablement tenir sur le toit de votre garage. Si vous optez plutôt pour l’achat d’un véhicule plus gourmand en énergie comme le modèle X de Tesla, et que vous parcourez 30 000 kilomètres par an, vous aurez besoin d’environ 50 m2 d’installations photovoltaïques pour produire vous-même l’énergie nécessaire.

L’électricité solaire que l’on produit soi-même coûte moitié moins que l’électricité conventionnelle

Comme vous l’avez compris, l’installation photovoltaïque peut aussi générer l’énergie nécessaire au fonctionnement de votre pompe à chaleur et bon nombre de vos appareils ménagers. Les prix de ces installations baissent chaque année et elles bénéficient en plus de subventions de la part des pouvoirs publics. Au final, un kilowattheure de courant généré par votre propre installation coûte à peine dix centimes, soit moitié moins que la même quantité produite par votre fournisseur d’électricité. Vu comme cela, chaque propriétaire devrait donc investir dans une installation photovoltaïque pour le toit de sa maison.

En réalité, ce n’est pas si simple: le courant qui n’est pas utilisé et qui doit donc être renvoyé sur le réseau n’est que très peu rémunéré, et ne le sera peut-être même plus à l’avenir. Le but est donc d’utiliser le maximum de courant généré par sa propre installation. L’idéal serait que les appareils comme la pompe à chaleur puissent être activés ou désactivés en fonction de la production d’électricité et disposent d’un bon système de commande.

Le surplus d’électricité peut être stockée dans un véhicule électrique

Lorsque trop d’électricité est générée, il est possible de stocker le surplus dans une batterie. Malheureusement, ces batteries coûtent cher. Les batteries de voitures électriques peuvent alors rendre de grands services: le surplus d’électricité peut facilement être stocké dans les batteries du véhicule électrique. Une installation photovoltaïque normale ayant une puissance maximale de trois kilowatts-crête produit, par une journée ensoleillée, environ dix kilowattheures d’électricité, soit environ un tiers de la capacité de charge d’une voiture électrique classique. Ce serait encore plus intéressant si les batteries des automobiles pouvaient être utilisées de manière bidirectionnelle. Ainsi, elles pourraient stocker le surplus de courant, mais aussi alimenter la maison en électricité. Cependant, de telles batteries bidirectionnelles n’existent pour le moment que dans la tête des inventeurs.

Autre solution: une communauté d’autoconsommateurs dans les immeubles

Quelle surface doit avoir l’installation montée sur le toit? La réponse est très simple: elle doit être aussi grande que possible! Couvrir également le côté du toit orienté au nord de modules photovoltaïques en vaut aussi la peine. C’est d’autant plus appréciable quand il est possible de remplacer les tuiles par des modules solaires afin de réaliser des économies supplémentaires. Vous pouvez calculer vous-même le coût de votre toit: en vous rendant sur www.toitsolaire.ch, vous pouvez calculer vous-même en quelques clics les coûts d’investissement, la production annuelle, votre consommation personnelle et la durée d’amortissement.

Mettre en place une installation photovoltaïque pour les immeubles est aussi très simple. Conformément à la nouvelle législation en matière d’énergie, les propriétaires des appartements peuvent choisir d’adhérer à une communauté d’autoconsommation. La compagnie électrique n’installe alors qu’un compteur principal pour l’immeuble entier et facture la différence.

Vous trouverez encore d’autres bons conseils dans la brochure «L’efficacité énergétique dans le ménage», de SuisseEnergie, qui peut être commandée gratuitement sur www.suisseenergie.ch.