Energy Challenge

11 juillet 2017 06:00; Act: 21.07.2017 08:57 Print

Le développement durable attire la main-d'oeuvre

par Stephanie Sigrist - La conscience écologique des entreprises exerce une importance croissante dans le recrutement de travailleurs spécialisés.

storybild

Un employeur responsable écologiquement attire les jeunes employés. (Photo: dr)

Sur ce sujet
Une faute?

Selon le constat que dresse un article de la plate-forme «Harvard Business Review», outre un salaire approprié, des modèles flexibles de temps de travail et la possibilité souvent citée de s’épanouir, la main-d’œuvre spécialisée mise de plus en plus sur un facteur supplémentaire dans sa recherche d’un employeur: le développement durable et la gestion respectueuse des ressources naturelles. Les entreprises qui assument leur responsabilité sociale connaîtraient ainsi des taux de fluctuation de 25% à 50% inférieurs aux autres. En outre, ces sociétés auraient plus de facilité à recruter de nouveaux collaborateurs – et à les garder. Les entreprises suisses utilisent-elles également le facteur développement durable pour recruter la main-d’œuvre spécialisée, très prisée sur le marché du travail?

«Il arrive parfois que des candidats abordent la question de notre engagement pour le développement durable et l’évaluent de manière positive», confirme Thomas Hügli, Chief Sustainability Officer de la compagnie d’assurances AXA. Quant à Ladina Caduff, responsable de la gestion de la RSE pour le groupe bancaire suisse Raiffeisen, elle estime que de nombreux travailleurs sont sensibles à l’image de leur employeur. «Cela comprend notamment la thématique du développement durable, qui inclut un comportement éthique et orienté sur le bien commun, la diversité ou la viabilité écologique», explique-t- elle. Les jeunes professionnels y sont particulièrement attentifs. «Le développement durable est indéniablement un facteur d’attractivité de l’employeur pour la génération Y, mais il n’est pas déterminant à lui seul», affirme cependant David Luyet, Head of HR Marketing chez Swisscom.

«Il faut pouvoir s’identifier avec son employeur»

La génération Z serait elle aussi très attachée aux valeurs telles que le développement durable et la responsabilité sociale, comme l’a bien compris le commerçant en ligne suisse Brack.ch. «Les représentants de cette génération dépensent leur argent pour des produits bio locaux, des articles issus du commerce équitable et des véhicules ou des appareils particulièrement économes. Il est donc logique de vouloir travailler pour une entreprise qui, comme soi-même, ne gaspille pas les ressources et prend sa responsabilité au sérieux», déclare Daniel Rei, chef de l’équipe Rédaction/RP du commerçant en ligne. «Il faut en effet pouvoir s’identifier avec son employeur. Et cela fonctionne uniquement si celui-ci ne fait pas juste du greenwashing, pour soigner son image. Le développement
durable doit être bien ancré dans la stratégie de l’entreprise, avec des objectifs fixés et contrôlés régulièrement».

David Luyet, de Swisscom, estime toutefois qu’il est difficile de mesurer les expériences à cet égard. «Nous remarquons simplement que la thématique du développement durable revient de plus en plus souvent dans les entretiens d’embauche et que Swisscom bénéficie d’une image positive à cet égard».

Chez Adobe Suisse, les geeks font du jardinage urbain

Cette tendance s’observe aussi chez l’éditeur de logiciels Adobe: «Les professionnels qualifiés ont développé un grand intérêt pour la question du développement durable dans les entreprises. Lors du processus de recrutement, cela peut représenter un avantage conséquent d’avoir des exemples concrets pour montrer que l’entreprise s’efforce d’adopter des processus écologiques et économes en ressources», explique Angelo Buscemi, Country Manager chez Adobe Suisse. Dans le cas de cette dernière entreprise, on pourra notamment indiquer que l’on réduit les déplacements professionnels des collaborateurs pour miser sur une infrastructure vidéo de pointe. Ainsi, les réunions sont aussi personnelles que possible, mais sans se faire aux dépens de l’environnement. Par ailleurs, sur le site d’Adobe à Bâle, les employés se sont mis au jardinage urbain sur le toit, ce qui est très bien perçu par les nouveaux collaborateurs, indique encore Angelo Buscemi.

Rackspace, le fournisseur de cloud géré, a connu des expériences similaires: «Nous ne misons bien entendu pas seulement sur le développement durable pour attirer des candidats potentiels», souligne Reinhard Waldinger, son Managing Director International. D’après lui, les «digital natives» accorderaient cependant une importance prépondérante à la possibilité d’adhérer à l’entreprise et à ses valeurs au moment de choisir un employeur. «Le développement durable et la protection de l’environnement ont toujours été extrêmement importants pour notre entreprise. Et depuis que nous communiquons davantage à ce sujet, nous avons régulièrement des retours positifs durant les entretiens d’embauche et avec les collaborateurs». Ces efforts semblent en effet payer: en 2017, Rackspace a été élu meilleur employeur de Suisse parmi les petites entreprises pour la troisième année consécutive. Sans compter qu’il a remporté la palme au niveau européen.

«Il faut conserver notre environnement intact»

«Nous estimons que le développement durable est une pièce du puzzle, qui fait tout simplement partie du profil responsable d’un employeur moderne. Or, les entreprises qui respectent les besoins à la fois des êtres humains et de l’environnement attirent la main-d’œuvre spécialisée qui pense et agit de manière responsable et partage nos valeurs», relève Gregor Stücheli, co-propriétaire et associé directeur d’Inventx, une entreprise de conseil informatique suisse pour les banques.

«D’ailleurs, lorsque l’on est aussi proches de la nature que nous, avec notre siège à Coire, on est bien entendu sensibles au développement durable, afin de pouvoir conserver notre environnement intact». Lorenz Isler, Sustainability et Public Affairs Manager chez Ikea, va dans le même sens: «Un nombre
croissant d’entreprises comprend que le développement durable est incontournable», assure Lorenz Isler. «La main-d’œuvre spécialisée évalue en outre de plus en plus les entreprises d’après des critères éthiques et souhaite avoir un employeur durable». Selon lui, l’engagement d’Ikea dans ce domaine a des effets secondaires positifs sur le recrutement de nouveaux collaborateurs.