Etats-Unis

13 juin 2018 20:02; Act: 13.06.2018 20:02 Print

«Il ne devrait pas avoir à dire adieu à sa soeur»

Un père de famille a décidé de partager sur Facebook une photo poignante du dernier instant de tendresse entre son fils et sa fille, gravement malade.

storybild

Epuisée, la petite Adalynn s'en est allée le 3 juin dernier, après un dernier moment de complicité avec son frère. (Photo: Facebook)

Une faute?

L'image, bouleversante, a touché des centaines de milliers d'internautes en plein coeur. Publiée le 2 juin sur Facebook, cette photo pleine de tendresse montre un garçon de 6 ans faire un dernier câlin à sa petite soeur gravement malade. Ce jour-là, dans un hôpital de l'Arkansas, Jackson était au chevet d'Adalynn «Addy», 4 ans. Atteinte d'une tumeur rare, la fillette était à bout de forces.

Matt, le père des deux enfants, se souvient qu'au moment d'aller se coucher, son fils a laissé la petite lui prendre la main. Il lui a caressé le front et lui a dit «Je t'aime». L'Américain a alors choisi d'immortaliser ce moment déchirant et de le poster sur Facebook, où une page est consacrée au combat d'Addy. «Un petit garçon ne devrait pas avoir à dire adieu à sa complice, sa camarade de jeu, sa meilleure amie, sa petite soeur. Cela ne devrait pas se passer comme ça. Mais c'est le monde brisé dans lequel nous vivons», a écrit Matt sur le réseau social.

Don à la recherche

Une vingtaine de minutes après cet instant de complicité, la respiration d'Addy a changé. Elle a ouvert les yeux quelques fois mais n'était plus vraiment là. Entourée de ses parents, la petite fille s'est envolée le 3 juin. Jackson savait que sa soeur risquait de mourir. Il était triste de savoir qu'Addy allait partir, mais la savoir «près de Jésus» le réconfortait. «Nous avons annoncé à Jackson qu'elle était décédée (...) et qu'elle ne souffrait plus. Il a dit «au revoir Sissy», et il s'est dirigé vers la voiture», raconte Matt au «Washington Post».

Dès 2016, Addy avait commencé à présenter des symptômes étranges. Sa démarche était bizarre: une de ses jambes se balançait de manière incontrôlée au lieu de se dérouler et de se poser au sol. Peu à peu, l'enfant a commencé à perdre sa coordination et sa motricité. En novembre 2017, les médecins ont découvert que la petite souffrait d'un gliome protubérantiel infiltrant, autrement dit une tumeur maligne qui naît dans le tronc cérébral et qui n'a laissé aucune chance à la courageuse fillette.

Les parents de la petite ont confié sur Facebook avoir fait don des tumeurs de leur fille à la recherche, dans l'espoir de sauver d'autres enfants. Samedi dernier, lors des funérailles de la fillette, sa famille et ses amis portaient des vêtements colorés, dans «l'une des teintes préférées d'Addy, le rose, le violet et le bleu».

(joc)