Canton de Genève

11 juin 2018 15:53; Act: 11.06.2018 15:59 Print

«Semhar a été déflorée peu avant sa mort»

Les deux médecins légistes qui ont effectué l'autopsie de la jeune Semhar, 12 ans, violée et tuée en août 2012, ont répondu devant le Tribunal criminel de Genève.

storybild

Photo d'illustration. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Les deux spécialistes ont indiqué qu'une strangulation manuelle «est très vraisemblablement» à l'origine de la mort de l'adolescente d'origine éthiopienne. Un étranglement peut faire perdre connaissance à la victime au bout d'une poignée de secondes. Mais si l'étrangleur relâche la pression, la victime «se réveille» à nouveau.

Semhar a été déflorée peut avant sa mort, ont poursuivi les deux médecins, sans pouvoir préciser comment. Ils n'ont pas exclu l'usage d'un préservatif. La jeune fille a été assassinée chez elle. Son corps, qui a été retrouvé caché sous le lit parental, présentait des lésions post mortem, causées probablement par le sommier.

L'accusé se dit innocent

Le prévenu, un chauffeur de taxi éthiopien de 42 ans, nie les faits. Depuis le début de son procès, voilà une semaine, il n'a montré aucune émotion. Il connaissait pourtant bien Semhar. Il fréquentait la mère de la jeune fille depuis plusieurs mois et disposait d'une clé de l'appartement où a été assassinée l'adolescente.

Le procès se poursuit mardi avec le réquisitoire du procureur Joël Schwarzentrub. Puis viendront les plaidoiries des avocats des parties plaignantes. La défense prendra la parole mercredi. Le verdict devrait être rendu la semaine prochaine.

(nxp/ats)