Affaire Fiona

12 octobre 2017 21:45; Act: 12.10.2017 21:51 Print

«Vous l'avez enterrée comme un chien»

Une ancienne amie de la mère de Fiona a appelé les accusés à dire la vérité sur la mort de la fillette en 2013 lors du second procès.

Voir le diaporama en grand »
Ce devait être le procès de la seconde chance pour connaître la vérité sur la mort de Fiona. Mais la mère de la fillette et son ex-compagnon, jugés en appel depuis une semaine par les assises de Haute-Loire, n'ont encore fourni aucune information nouvelle. (Vendredi 13 octobre 2017) Une ancienne amie a exhorté jeudi la mère de Fiona et son ex-compagnon, jugés en appel devant les assises de la Haute-Loire, à «dire la vérité» sur la mort de la fillette, provoquant, pour la première fois, une altercation entre les deux accusés. (Jeudi 12 octobre 2017) Près d'un an après un premier procès, la mère de Fiona et son compagnon sont rejugés à partir de lundi. La première audience, perturbée par une médium, n'avait pas permis de percer le mystère du décès de la fillette de 5 ans morte en 2013. (Lundi 9 octobre 2017) Le parquet général a annoncé qu'il interjetait appel du verdict des assises dans le procès de l'affaire Fiona. (Lundi 28 novembre 2016) La mère de la petite Fiona a été condamnée vendredi à 5 ans d'emprisonnement et son ex-compagnon à 20 ans de réclusion criminelle. (Vendredi 25 novembre 2016) Trente ans de réclusion criminelle ont été requis vendredi par l'avocat général à l'encontre de Cécile B. et Berkane M. (Vendredi 25 novembre 2016) Lors des dernières minutes de débats devant les assises du Puy-de-Dôme, jeudi, la mère de Fiona et son ex-concubin ont finalement libéré leur parole. Sans révéler quoi que ce soit. (Jeudi 24 novembre 2016) Le père de Fiona a été entendu plus de deux heures au procès ce lundi 21 novembre. L'homme s'est dit convaincu que la mère de l'enfant et son ex-concubin faisaient obstacle à la vérité. (Photo prise en mai 2013) Un témoin a affirmé avoir vu la petite Fiona vivante deux jours avant la date supposée de sa mort. (Vendredi 18 novembre 2016) La mère de Fiona, jugée pour la mort de sa fille de cinq ans en 2013, a évoqué un «accident» mardi au deuxième jour du procès devant la cour d'assises du Puy-de-Dôme à Riom, où comparaît aussi son ex-compagnon. (Mardi 15 novembre 2016) Face aux juges, l'ancien compagnon de la mère de Fiona a décrit un quotidien sous l'emprise de la drogue. (14 novembre 2016) La mère de Fiona et son ex-compagnon comparaissent lundi devant les assises du Puy-de-Dôme. Le corps de la filletten'a jamais été retrouvé. (Lundi 14 novembre 2016) Gilles-Jean Portejoie, avocat de Cécice B., demande sa libération. (28 juillet 2014). Un an après les recherches pour retrouver le corps de la petite Fiona ont repris. Vêtu d'un survêtement noir, le beau-père Berkane M., est arrivé à 10h10 dans un fourgon cellulaire, aux abords du lac d'Aydat, avant de regagner sa cellule à la mi-journée. (13 mai 2014) Le corps de la petite Fiona est toujours introuvable. L'avocat de Berkane M., Me Mohamed Khanifar, s'exprime après six heures de confrontation entre son client et la mère de la fillette. (8 novembre 2011). Berkane M. présentait depuis plusieurs jours un comportement instable et difficile en prison. (4 novembre). Le procureur Pierre Sènnes, lors de nouvelles recherches vaines pour retrouver le corps de Fiona. (10 octobre 2013) La mère de Fiona à nouveau entendue par les juges à Clermont-Ferrand. (8 octobre 2013) Les forces de l'ordre ne retourneront pas fouiller la forêt d'Aydat avant que le couple n'ai mis de l'ordre dans ses idées. (3 octobre 2013). Une enquête en cours a montré qu'Eva, la soeur cadette de Fiona (photo), portait des marques «compatibles avec des violences». (30 septembre 2013) Le père de Fiona lors d'une conférence de presse concernant sa fille Eva (30 septembre 2013). Une image de Fiona en bas de la maison oú elle vivait à Clermont-Ferrand. (29 septembre 2013) Les gens viennent déposer des fleurs en hommage à Fiona (29 septembre 2013). Les policiers tentent de retrouver le corps de la petite Fiona dans les environs de Clermont-Ferrand le 27 septembre 2013. Les recherches ont eu lieu toute la journée du vendredi 28 septembre 2013. Le recherches se concentrent autour du lac d'Aydat près de Clermont-Ferrand. (27 septembre 2013). La mère de Fiona (2e à droite) et son compagnon, mis en examen jeudi, ont été placés en détention provisoire jeudi soir. (26 septembre 2013) Fiona, la fillette de 5 ans qui a disparu le 12 mai dernier à Clermont-Ferrand, a succombé après avoir reçu des coups dans des circonstances encore à préciser, puis elle a été enterrée nue en présence de sa petite soeur, Eva âgée de 2 ans. Le beau-père de la petite Fiona est mis en examen. (25 septembre 2013) Cécile B, la mère de Fiona, la fillette de 5 ans qui a disparu le 12 mai dernier à Clermont-Ferrand, est placée en détention par la police. (25 septembre 2013) Cécile B, la mère de Fiona, la fillette de 5 ans qui a disparu le 12 mai dernier à Clermont-Ferrand, est placée en détention par la police. (25 septembre 2013) Gilles Portejoie, l'avocat de Cécile B, la mère de Fiona, la fillette de 5 ans qui a disparu le 12 mai dernier à Clermont-Ferrand. Il parle à la presse pendant que sa cliente est entendue par la police (25 septembre 2013). L'immeuble oú vit la maman de Fiona, la fillette de 5 ans qui a disparu le 12 mai dernier à Clermont-Ferrand. (25 septembre 2013). Les policiers procèdent à une investigation dans l'appartement de la mère de Fiona, la fillette de 5 ans qui a disparu le 12 mai dernier à Clermont-Ferrand. (25 septembre 2013) Les policiers quittent l'appartement de la mère de Fiona, la fillette de 5 ans qui a disparu le 12 mai dernier à Clermont-Ferrand. (25 septembre 2013) Les policiers quittent l'appartement de la mère de Fiona, la fillette de 5 ans qui a disparu le 12 mai dernier à Clermont-Ferrand. (25 septembre 2013) Les policiers procèdent à une investigation dans l'appartement de la mère de Fiona, la fillette de 5 ans qui a disparu le 12 mai dernier à Clermont-Ferrand. (25 septembre 2013) Un cameraman filme l'appartement de la mère de Fiona, la fillette de 5 ans qui a disparu le 12 mai dernier à Clermont-Ferrand. (25 septembre 2013) La maman de Fiona a affirmé que son enfant avait disparu alors qu'elle faisait une sieste dans un parc. (12 mai 2013)

Sur ce sujet
Une faute?

Une ancienne amie a exhorté jeudi la mère de Fiona et son ex-compagnon, jugés en appel devant les assises de la Haute-Loire, à «dire la vérité» sur la mort de la fillette, provoquant, pour la première fois, une altercation entre les deux accusés.

«Si tu aimes vraiment ta fille, dis où elle est ! Dis la vérité !», a lancé cette mère de quatre enfants à l'attention de Cécile B..

Interrogée par visioconférence, cette ex-voisine venait d'évoquer, entre deux crises de larmes, une conversation avec l'accusée qui aurait alors traité sa propre fille de «clocharde».

«Ce n'est pas une maman»

Réaction offusquée de l'accusée: «Je t'ai jamais dit ça ! Elle était bien habillée; je l'aimais de tout mon coeur. Ce n'était pas au sens propre mais au figuré. Ma mère aussi elle me disait ça !» réagit violemment Cécile B., accusant son ancienne amie d'être «manipulée».

«Pour moi, sa fille, elle ne l'aime pas. Ce n'est pas une maman. Qu'elle veuille faire des enfants, ça me tue. Cinq ans de prison, ce n'est pas cher payé», rétorque le témoin, en allusion à la condamnation reçue par Cécile B. en première instance.

Plus tard, c'est à Berkane M., l'ex-compagnon de Cécile B., qu'elle s'adresse. «Kader (autre prénom porté par l'accusé, NDRL), c'est l'occasion de parler. Dis ce qui c'est passé ! Pourquoi tu dis pas où est ta +pépette+ (...) Ecoute Kader, si tu n'as rien à te reprocher, si tu n'as rien fait, dis la vérité ! Réveille-toi ! Tu n'es plus avec elle. Dis les choses», implore-t-elle pendant de longues minutes.

«Tu n'as pas à la défendre»

«Kader, Kader, ce n'est pas un accident. Tu sais très bien ce qui c'est passé ce soir-là. Tu ne lui dois rien. Tu n'as pas à la défendre. C'est le dernier procès...» continue le témoin sans cesser sa logorrhée. Puis s'adressant aux accusés d'une colère froide: «Vous l'avez tuée tous les deux. Vous lui avez manqué de respect. Vous l'avez enterrée comme un chien. Vous ne respectez personne !».

Ce long intermède finit par provoquer une altercation entre les accusés. «On est responsable de sa mort mais on n'est pas des criminels. Moi, j'ai dit tout ce que je savais», répète inlassablement Berkane M..

Et Cécile B. de le menacer: «Si tu veux jouer, on va jouer, d'accord ! Tu peux te regarder dans une glace? ça m'étonnerait ! Moi j'ai la conscience tranquille, pas toi. Attention !»

(nxp/afp)