Disparition en France

11 septembre 2017 09:53; Act: 11.09.2017 11:37 Print

La famille de Maëlys appelle le suspect à parler

Les parents de la fillette disparue le 27 août pensent que Nordahl L. détient les clés de cette affaire. Ils l'exhortent à dire ce qu'il sait.

Voir le diaporama en grand »
22.09 Auditionnées par les gendarmes, les ex-compagnes de Nordahl L. ont dressé un portrait inquiétant du principal suspect. 22.09 Pris en filature avant d'être placé en garde à vue, le principal suspect avait tenté de semer les gendarmes. Cherchait-il à cacher son implication dans la disparition de Maëlys, ou ses activités de vendeur de stupéfiants? 12.09 Les recherches pour retrouver la petite Maëlys, disparue depuis fin août, n'ont rien donné mardi et les enquêteurs envisagent de réduire l'ampleur du dispositif. 11.09 Selon l'avocat des parents de Maëlys, la mère de la fillette avait été interpellée par le comportement étrange du suspect pendant la soirée du mariage. 08.09 Les éléments accablants pour le suspect continuent de s'accumuler. 07.09 Des plongeurs ont sondé une partie du lac d'Aiguebelette, mercredi. 06.09 La famille du suspect refuse de croire en sa culpabilité. Interrogée par «Le Parisien», sa meilleure amie «ne peut pas croire qu'il ait pu faire ça». Mais elle peine à cacher ses doutes. 04.09 Une trace ADN de la petite Maëlys, disparue dimanche 27 août lors d'un mariage en Isère, a été retrouvée sur le tableau de bord de la voiture du suspect. L'homme évoque un «malheureux concours de circonstances». 03.09 Une semaine après la disparition de la petite Maëlys lors d'un mariage à Pont-de-Beauvoisin, en Isère, un homme de 34 ans déjà entendu par la police a été mis en examen et placé en détention provisoire. 02.09 Une information judiciaire a été ouverte et deux juges ont été saisis pour mener l'enquête sur la disparition de la fillette de 9 ans. 02.09 La population de la région se mobilise: une «battue citoyenne» a été organisée. Plusieurs centaines de personnes, munies de gilets jaunes et de cartes topographiques, ont répondu à un appel lancé sur Facebook. La gendarmerie, qui n'est pas à l'origine de l'initiative, accompagne les volontaires. «Ça ne peut que nous aider», a déclaré leur commandant. 01.09 Deux personnes, dont l'une était présente au mariage, ont été interpellées et placées en garde à vue, avant d'être relâchées. 30.08 Depuis dimanche, les gendarmes ont entendu quelque 250 personnes ayant participé au mariage et à deux fêtes voisines le soir de la disparition, dans cette commune de 3500 habitants. La zone, escarpée et très boisée, a été passée au peigne fin des jours durant par les gendarmes. La fillette aux yeux marron et cheveux châtains, qui portait une robe sans manches et des nu-pieds de couleur blanche, a été aperçue pour la dernière fois dimanche 27 août vers 3h du matin, dans la salle polyvalente de la commune, où se déroulait la noce, avant de disparaître mystérieusement.

Sur ce sujet
Une faute?

Quinze jours après sa disparition, la petite Maëlys est toujours introuvable. Les éléments troublants continuent de s'accumuler contre le principal suspect, mais celui-ci continue de nier son implication dans l'affaire. Pendant ce temps, les parents de la fillette de 9 ans vivent un enfer impensable. Ils ne sont toujours pas rentrés dans le Jura, à une dizaine de kilomètres de la frontière suisse, mais logent chez une proche en Savoie. Les parents de la petite pensent que Nordahl L. détient les clés de cette affaire. Via leur avocat, ils lui lancent un appel pour qu'il parle. «Cet homme est face à sa conscience. Il a l’occasion de dire la vérité sur ce qui s’est passé. Oui, la famille lance cet appel. Car on est dans une course contre la montre pour retrouver Maëlys», explique maître Fabien Rajon au «Parisien».

Pour l'heure, les parents de la fillette s'accrochent à ce qu'ils peuvent. «Ils vivent avec la crainte du pire, explique leur avocat. Ils conservent un mince espoir, tout en se doutant qu’au fil du temps, il y a de plus en plus de raisons d’être pessimiste. Ils se raccrochent aux plus petites choses», ajoute-t-il. L'homme de loi évoque une «attente insupportable», un «véritable supplice». Les parents de Maëlys passent leurs journées les yeux rivés sur ce téléphone portable qui ne sonne toujours pas. «Ils font face avec une dignité qui me rend admiratif», confie l'avocat.

La maman trouvait son comportement étrange

Pour le «Dauphiné libéré», Fabien Rajon revient sur cette fameuse nuit où la petite s'est volatilisée, alors que le mariage auquel elle participait touchait à sa fin. Il raconte que c'est la maman de Maëlys qui, en premier, s'est aperçue que sa fille avait disparu. «Elle l’a cherchée partout, complètement affolée», confirme-t-il. Le DJ de la soirée a fait une annonce au micro, mais dès les premiers instants, la mère de la fillette a eu le sentiment qu'elle avait été enlevée. La mère de l'enfant avait en effet remarqué le comportement bizarre d'un individu présent à cette soirée. Cet individu, c'est Nordahl L., le principal suspect.

«Avant la disparition de Maëlys, sa maman a constaté que cet homme montrait à sa fille des photos de ses chiens sur son téléphone portable. La fillette adorait les chiens. Maëlys aurait également parlé à plusieurs personnes de cet homme, en le présentant comme son «tonton», son «copain». Il y avait une proximité avec le suspect», explique Me Rajon. Suspicieuse, la maman de Maëlys s'est immédiatement adressée à Nordahl L. lorsque la fillette a disparu. Le trentenaire se trouvait justement dehors à ce moment-là. Elle lui a demandé s'il savait où se trouvait Maëlys, il a répondu par la négative. «Il ne lui a pas paru vraiment concerné par la disparition de sa fille. Il n’a pas participé aux recherches. Il ne semblait pas inquiet du sort de Maëlys. Et il est parti avant l’arrivée des gendarmes», poursuit l'avocat. Nordahl L., lui, continue de clamer son innocence.

(joc)