France

04 août 2017 21:12; Act: 06.08.2017 11:32 Print

Prison pour un pilote d'EasyJet sous ecstasy

Encore sous les effets de la drogue après avoir consommé la veille, un pilote de la compagnie a été reconnu coupable de mise en danger de la vie d'autrui.

storybild

(Image d'illustration) Le pilote a été interdit définitivement d'exercer sa profession. (Vendredi 4 août 2017) (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Il avait fait «n'importe quoi» pendant l'atterrissage, à cause de l'ecstasy consommé la veille: un pilote de la compagnie aérienne EasyJet a été condamné à 12 mois de prison avec sursis vendredi près de Paris.

Cocaïne, ecstasy, MDMA

Le tribunal de grande instance de Créteil (sud-est de Paris) l'a reconnu coupable de mise en danger de la vie d'autrui, et lui a interdit définitivement d'exercer sa profession. Une peine supérieure à celle requise par le parquet, qui réclamait huit mois avec sursis.

Ce pilote de 49 ans était client d'un petit réseau francilien de cocaïne. Ses quatre membres d'équipage, également jugés vendredi, ont écopé de peines allant de six mois avec sursis à trois ans ferme.

Cocaïne, ecstasy, MDMA (principe actif de l'ecstasy), cannabis... Ce père de trois enfants a évoqué sa polyconsommation, qu'il entretenait «depuis un an et demi environ», lors de «nuits parisiennes».

«Il était temps que ça s'arrête»

Ancien trader, l'homme a regretté une «erreur inexcusable» et a juré laisser passer généralement «deux ou trois jours» avant de piloter, lorsqu'il consommait.

«Physiquement, vous n'êtes pas aussi bon qu'un pilote qui n'aurait rien consommé. C'est une réalité, ça s'appelle l'addiction», a rétorqué la procureure. «Vous étiez en train de sombrer et il était temps que ça s'arrête».

«J'ai pris la pleine mesure de tout ça en arrêtant toute consommation», a assuré le prévenu, qui se fait soigner. «On sortira différent de cette audience quand on prendra l'avion», a soufflé la procureure.

(nxp/ats/afp)