Brésil

22 juin 2016 23:22; Act: 23.06.2016 08:01 Print

Gourou abuseur d'enfants «au nom de dieu» extradé

Un chef de secte de nationalité américaine, accusé de 59 délits sexuels et inscrit sur la liste des 15 fugitifs les plus recherchés, sera extradé du Brésil, où il a été arrêté, vers les Etats-Unis.

storybild

(AFP Photo / Image fournie par US Marshals Service) (Photo: AFP)

Une faute?

Le fondateur américain d'une secte accusé de 59 délits sexuels, commis «au nom du Christ», envers des enfants aux Etats-Unis a été extradé vers son pays, a annoncé mercredi le parquet du Brésil, où il était incarcéré.

Victor Arden Barnard, 54 ans, fuyait la justice américaine depuis 2014 quand il a été officiellement accusé de viols. Il a été capturé en 2015 à Pipa, une plage touristique du nord-est du Brésil et incarcéré.

Le Brésil a donné vendredi son feu vert à son extradition pour qu'il soit jugé par la justice américaine, précise le parquet dans un communiqué.

Fondateur de la secte River Road Fellowship dans l'Etat du Minnesota, Arden Barnard, qui se disait pasteur, est accusé d'avoir abusé sexuellement de mineurs de 2001 à 2009 dans un camp de vacances qu'il avait organisé.

Fugitif

Deux des participantes, âgées de 12 ans à l'époque, ont confié avoir subi des sévices à plusieurs reprises et avoir abandonné définitivement le camp de vacances en 2009.

«D'après les témoignages recueillis au cours de l'enquête, Barnard disait être le représentant de Jésus Christ et que la volonté de Dieu était que les filles aient des relations sexuelles avec lui», affirme dans un document la Cour suprême du Brésil.

US Marshals, une agence de la police fédérale américaine, l'avait inclus dans la liste des «15 fugitifs les plus recherchés» et avait même proposé une récompense de 25'000 dollars à quiconque fournirait des renseignements pouvant conduire à son arrestation, ce qui s'est produit au Brésil, un an après le début de sa cavale.

«Les victimes du Minnesota pourront voir le criminel présumé sur le banc des accusés pendant son procès», a affirmé un porte-parole du parquet brésilien, Vladimir Aras, après l'annonce de l'extradition.

(nxp/afp)