Portugal

19 juin 2017 19:43; Act: 20.06.2017 07:39 Print

Il a bravé les flammes en vain pour sauver sa mère

La mère de Miguel Manuel l'a appelé paniquée quand le feu menaçait leur village de Pobrais. Il a roulé sur les flammes pour lui venir en aide, mais il était trop tard.

Voir le diaporama en grand »
L'incendie qui ravage la région de Maçao depuis deux mois, faisait encore rage jeudi. La population s'est à nouveau retrouvée cernée par les flammes dans l'après-midi. (Jeudi 17 août 2017) Un homme tente d'aider les pompiers près de la bourgade de Maçao (Mercredi 16 août 2017) DEs collones de pompiers se diregent vers des feux de forêts près du village de Chao de Codes, près de Macao. (Mercredi 16 août 2017) Une forêt en feu à Vale de Abelha, près de Macao. (Mercredi 16 août 2017) Une habitante du village de Chao de Codes sert de l'eau aux pompiers. (Mercredi 16 août 2017) La Grèce a demandé l'aide de l'Union européenne pour venir à bout des trois grands incendies qui frappent le pays depuis dimanche. Le plus préoccupant ravage l'un des poumons verts de la région d'Athènes (ici à l'image). (Mardi 15 août 2017) Les pompiers grecs tentaient mardi pour la troisième journée consécutive de maîtriser trois grands fronts de feu dans le pays, de forts vents compliquant leur tâche. (15 août 2017) Dans la région proche de Kalamos, 200 pompiers avec plus de 100 camions citernes et une flotte d'avions bombardiers ont été mobilisés. (Lundi 14 août 2017) Des maisons de vacances ont été détruites à Kalamos. Ce qui a amené les autorités à évacués le village. (Lundi 14 août 2017) En tout, 91 feux de forêt ont débuté en Grèce depuis dimanche. (Lundi 14 août 2017) Un homme, suspecté d'avoir allumé cinq incendies vendredi soir à Bastia, a été arrêté. (13 août 2017) La situation s'est stabilisée samedi sur le front des deux incendies en Haute-Corse (photo). Au Portugal, les pompiers sont parvenus à maîtriser les deux incendies majeurs qui faisaient encore rage dans le centre du pays. (12 août 2017) Un incendie a déjà ravagé quelque 2000 hectares, en Corse, entraînant l'évacuation d'un millier de personnes. (Samedi 12 août 2017) Le week-end s'annonçant caniculaire, le Portugal craint un regain des incendies qui touchent le pays depuis plusieurs jours. (Vendredi 11 août 2017) Un Canadair au travail ce vendredi dans la région d'Abrantes où un incendie s'est déclaré mercredi soir mobilisant à lui seul 680 pompiers et huit avions ou hélicoptères. (Vendredi 11 août 2017) Un pompier combat un puissant incendie près du village de Pucarica dans la région d'Abrantes. (Jeudi 10 août 2017) Environ 250 sapeurs-pompiers ont été engagés pour combattre l'incendie qui s'est déclaré près de Port-de-Bouc, à une quarantaine de kilomètres à l'ouest de Marseille. (Jeudi 10 août 2017) L'incendie est attisé par un vent violent, qui doit encore se renforcer vendredi. (Jeudi 10 août 2017) Les pompiers étaient épaulés par neuf Canadair, deux Trackers, un Dash et deux hélicoptères bombardiers d'eau. (Jeudi 10 août 2017) Un habitant d'Abrantes, au centre du Portugal, tente de contenir les flammes. (Jeudi 10 août 2017) Un Canadair asperge de l'eau sur un feu de forêt près de la ville portugaise d'Abrantes au centre du Portugal. (Jeudi 10 août 2017) En Italie, une femme de 79 ans a perdu la vie jeudi, apparemment victime d'un des incendies provoqués par la canicule, dans les Abruzzes. (A l'image: les pompiers de Messina luttant contre les flammes lors d'un précédent incendie, en juillet). (Jeudi 3 août 2017) Un incendie s'est déclaré dans la commune de Yeste, située dans le sud-est de l'Espagne. Quelque 300 personnes ont été évacuées de villages et campings. (Samedi 29 juillet 2017) La situation s'est améliorée dans le sud-est de la France. Les secouristes ont annoncé qu'une meilleure météo et un vent moins violent avaient permis cette amélioration. (Vendredi 28 juillet 2017) Au total, 4000 pompiers sont déployés, appuyés par 19 bombardiers d'eau. Plus de 7000 hectares ont été détruits dans le sud-est de la France et en Corse. (Jeudi 27 juillet 2017) La situation sur le front des incendies dans le sud-est de la France restait «intense» dans la nuit de mercredi à jeudi, mais en voie d'amélioration, selon le Premier ministre Edouard Philippe. (Jeudi 27 juillet 2017) Au Portugal, les incendies se poursuivaient. Plusieurs villages ont été évacués et des autoroutes coupées à la circulation. (Mercredi 26 juillet 2017) L'évacuation des habitants, près de Bormes-les-Mimosas (F), a été chaotique, a raconté une vacancière: «Ca a été dur, on a dû partir en catastrophe de la maison». (Mercredi 26 juillet 2017) Les pompiers français ont été fortement sollicités ces derniers jours. Dans le Var, environ 800 hectares sont déjà partis en fumée. Près de Bormes,10'000 personnes ont été évacuées dans la nuit de mardi à mercredi. (Mercredi 26 juillet 2017) Le feu s'est intensifié au centre du Portugal, un mois après l'immense incendie qui avait fait plus de soixante victimes. (Mardi 25 juillet 2017) (Mardi 25 juillet 2017) (Mardi 25 juillet 2017) Des pompiers luttent contre le feu à Artigues. (Mardi 25 juillet 2017) Plusieurs incendies dans le sud-est de la France et en Corse ont ravagé depuis lundi plus de 3000 hectares, notamment dans le Var (Mardi 25 juillet 2017) Un Canadair au dessus de Ortale di Biguglia, en Corse. (Mardi 25 juillet 2017) Vacances balnéaires à La Croix-Valmer, près de Saint-Tropez. Au loin, le feu ravage la forêt. (Mardi 25 juillet 2017) Après quelques jours d'accalmie, le Portugal faisait face à de nouveaux départs d'incendies, dans le centre du pays. (Dimanche 23 juillet 2017) Les pompiers s'attaquent au feu à Vila Ruiva à Fornos De Algodres Au Monténégro et en Croatie, les incendies ont pu être maîtrisés par les pompiers. La situation est désormais stable. (Jeudi 20 juillet 2017) Après les incendies meurtriers du mois dernier, le Portugal a décidé de réduire à terme le nombre de ses eucalyptus, arbres très inflammables. (Mercredi 19 juillet 2017) Les pompiers du Monténégro tentaient toujours pour le 3e jour consécutif, d'éteindre les incendies qui font rage le long de la côte adriatique. (Mercredi 19 juillet 2017) Une touriste se protège. Le feu qui s'est décralé vers Split dégage énormément de fumée. (Mercredi 19 juillet 2017) Une douzaine d'incendies ont éclaté dimanche dans des villages près de la ville touristique de Split (Mercredi 19 juillet 2017) Dans le ciel de la ville croate de Srinjine, un avvion participe aux efforts de lutte contre les incendies. (Mercredi 19 juillet 2017) Les pompiers du Monténégro tentaient toujours pour le 3e jour consécutif, d'éteindre les incendies qui font rage le long de la côte adriatique. (Mercredi 19 juillet 2017) Après l'appel répété du Monténégro pour une aide internationale, des hélicoptères suisses et bulgares ainsi qu'un avion en provenance d'Israël étaient attendus sur place. (Mercredi 19 juillet 2017) En Croatie, en remontant la côte adriatique, une douzaine d'incendies ont éclaté dimanche dans des villages près de la ville touristique de Split. (Mardi 18 juillet) En Croatie, en remontant la côte adriatique, une douzaine d'incendies ont éclaté dimanche dans des villages près de la ville touristique de Split. (Mardi 18 juillet) En 2017, le nombre d'hectares brûlés a été multiplié par six au Portugal comparé aux dix dernières années. (Mercredi 5 juillet 2017) Les pompiers sont parvenus jeudi matin à stopper la progression du feu de forêt qui faisait rage depuis samedi à Gois,moins de 24 heures après avoir maîtrisé l'immense incendie de Pedrogao Grande, qui a fait 64 morts et 204 blessés. (Jeudi 22 juin 2017) Exténués, un millier de pompiers poursuivaient mercredi leur combat. «95% du feu est sous contrôle», c'est-à-dire circonscrit mais non éteint, a indiqué le responsable locale de la protection civile, qui se dit «optimiste» pour la journée. (Mercredi 21 juin 2017) Onze avions de lutte anti-incendie, dont des Canadair, ont été dépêchés depuis dimanche par l'Espagne, la France et l'Italie, tandis que le Portugal en a affrété deux. (Mardi 20 juin 2017) Aucun avion «au service de la lutte contre les incendies» ne s'est écrasé mardi au Portugal, a déclaré le commandant de la protection civile Vitor Vaz Pinto, revenant ainsi sur une information donnée par son agence quelques heures auparavant. (Mardi 20 juin 2017) Le Premier ministre Antonio Costa a manifesté son soutien envers les familles des victimes sur Twitter. (Mardi 20 juin 2017) Miguel Manuel, 23 ans, n'a rien pu faire pour sauver sa mère, 47 ans. (Lundi 19 juin 2017) Les ministres européens de l'Environnement ont observé une minute de silence pour les 62 victimes des incendies, lors d'une réunion au Luxembourg, lundi. (Lundi 19 juin 2017) Malgré une légère baisse des températures caniculaires, le feu continuait de faire rage lundi. (Lundi 19 juin 2017) Plus de mille pompiers étaient toujours à pied d'oeûvre lundiu dans la région de Pedrogao Grande, au centre du Portugal. (Lundi 19 juin 2017) Le gouvernement a décrété trois jours de deuil national. «L'incendie a atteint une dimension de tragédie humaine jamais connue jusqu'ici», a déclaré le Premier ministre Antonio Costa. (Dimanche 18 juin 2017) Un nouveau bilan parle à présent de 62 victimes dans l'incendie qui a pris au centre du Portugal. A la fin de la matinée, un précédent bilan évoquait 57 décès. (Dimanche 18 juin 2017) Des personnes ont notamment péri dans leur véhicule. (Dimanche 18 juin 2017) Près de 60 personnes ont également été blessées dans cet incendie de forêt. (Dimanche 18 juin 2017) (Dimanche 18 juin 2017) (Dimanche 18 juin 2017) Des pompiers se reposent un peu après avoir lutté contre les flammes. (Dimanche 18 juin 2017) En milieu de matinée, un nouveau bilan faisait désormais état de 43 morts. (Dimanche 18 juin 2017) Les pompiers luttent contre les flammes. (Dimanche 18 juin 2017) (Dimanche 18 juin 2017) (Dimanche 18 juin 2017) Le bilan est monté à 25 morts dans la nuit de samedi à dimanche, mais pourrait encore augmenter. Le président portugais Marcelo Rebelo de Sousa, à gauche, et le secrétaire d'Etat à l'Intérieur, Jorge Gomes à droite, ont visité le centre de commandement de la protection civile. Une maison brûle à Figueira. Plusieurs villages auraient été touchés. D'après le secrétaire d'Etat à l'Intérieur, les flammes se sont propagées «avec beaucoup de violence» et «de façon inexplicable», évoluant alors sur quatre fronts. Plusieurs centaines de pompiers et 160 véhicules étaient toujours mobilisés dans la nuit de samedi à dimanche. Les faits se sont produits dans la région de Leiria, sur la route reliant Figueiro dos Vinhos à Castanheira de Pêra. Parmi les 19 morts, trois d'entre eux sont décédés par inhalation de fumée et 16 autres ont été carbonisés dans leurs voitures. Les victimes ont été piégées par les flammes sur une route. Alors que les flammes ont soudainement redoublé d'intensité, au moins 19 personnes ont perdu la vie et de nombreuses autres ont été blessées. Un feu de forêt s'est déclaré dans le centre du Portugal.

Sur ce sujet
Une faute?

Premier arrivé sur les lieux où une vingtaine de personnes ont péri samedi, brûlées vives dans leurs véhicules, le jeune homme de 23 ans a retrouvé le cadavre calciné de sa mère, à 500 mètres du domicile familial.

Le surlendemain, sous une chaleur étouffante, il s'emploie avec son père et un voisin à enterrer des animaux dévorés par les flammes, un chat et les chèvres d'un autre habitant de ce village d'une cinquantaine de maisons, qui s'étend le long d'une petite route très pentue, plongeant vers une vallée recouverte de cendres et d'arbres carbonisés.

Quand sa mère l'a appelé par téléphone samedi après-midi, le jeune homme confie qu'il se trouvait dans la ville côtière de Figueira da Foz, distante de près d'une centaine de km.

Venu en toute hâte, il a pu rejoindre Pobrais par une route secondaire, allant jusqu'à «rouler sur les flammes», dans une tentative désespérée de sauver sa mère, âgée de 47 ans. «Tout a brûlé, même mon travail», ajoute le jeune homme, employé dans la filière du bois.

A ses côtés, son père José Manuel reste tétanisé, incapable d'évoquer le drame. Cet agriculteur de 57 ans précise seulement que son épouse, qui gagnait sa vie en faisant des ménages, avait quitté le village en voiture avec sa cousine, qui a également trouvé la mort sur la fatidique route nationale 236 qui relie Figueiro dos Vinhos à Castanheira de Pêra.

Son voisin Vitor Neves était marié à cette cousine de 38 ans. Au moment du drame, il combattait ce même incendie, à quelque 35 km de là. Il a également tenté de regagner le village, mais il est arrivé trop tard lui aussi.

Plongés dans un réservoir

Pobrais a perdu 12 de ses habitants dans l'incendie. Onze d'entre eux ont péri sur la route principale, piégés par les flammes qui avançaient de toutes parts alors qu'ils tentaient de prendre la fuite.

M. Neves estime que le drame aurait pu être évité. «La sortie du village aurait dû être bloquée. Si les gens étaient restés dans leurs maisons, ils auraient survécu», dit-il, révolté.

C'est le cas de leurs voisins d'en face, qui se sont réfugiés dans le réservoir d'eau installé devant leur porte, où deux bonbonnes de gaz étaient toujours immergées.

Maria do Ceu Ferreira, son mari, retraité de la marine marchande et leurs deux filles trentenaires ont ainsi vu passer le feu au-dessus de leurs têtes.

«Sans le réservoir, nous serions morts», témoigne cette femme au foyer de 56 ans, presque sans voix pour avoir tellement hurlé pendant ces instants dramatiques, dont elle n'est pas capable de préciser la durée. «Cela m'a semblé durer une heure mais je ne sais pas, nous avons complètement perdu la notion du temps.

Aveuglés par la panique

Elle a tout même eu la perception que ceux qui ont quitté le village mettaient leur vie en danger». Quand nous avons vu les gens partir vers la route, nous les avons implorés de rester avec nous dans le réservoir, mais ils étaient aveuglés par la panique», raconte-t-elle.

Parmi les personnes restées au village, un homme d'une cinquantaine d'années est mort brûlé dans sa maison. Située tout en bas du village, la bâtisse éventrée par le feu est celle qui était la plus proche de la forêt réduite en cendres qui s'étend sur la vallée et les collines des alentours.

Cela fait 26 ans que je suis pompier et je n'avais jamais rien vu de tel, affirme Antonio Coutinho, collègue de Vitor Neves chez les sapeurs forestiers. Personne ne pouvait imaginer que le feu progresserait aussi vite. Il a englouti toute la vallée en l'espace de quelques minutes.

(nxp/afp)