Belgique

12 octobre 2017 20:41; Act: 12.10.2017 20:49 Print

Louise avait porté plainte contre son bourreau

L'étudiante française en médecine vétérinaire, tuée par son voisin à Liège, avait déjà eu affaire à son meurtrier dans le passé. Ce dernier a reconnu les faits.

storybild
Sur ce sujet
Une faute?

Louise L., une jeune Française née en 1993, a été retrouvée morte, lundi à Liège, dans la chambre d'un immeuble qu'elle partageait avec d'autres étudiants. Originaire du Mans, elle suivait une formation universitaire en médecine vétérinaire. L’autopsie pratiquée mardi a établi que la victime avait été étranglée et qu’elle avait été poignardée au thorax. La victime n'a par contre pas été agressée sexuellement avant de mourir.

Les enquêteurs ont rapidement arrêté son voisin du dessus, 54 ans. Le quinquagénaire était déjà connu de la justice pour des faits de viol et avait été condamné à plusieurs reprises. Selon le parquet, lui et la victime n’entretenaient que des relations de voisinage. Après avoir nié les faits dans un premier temps, l’homme est passé aux aveux face aux éléments récoltés par les enquêteurs: une chaussette tachée de sang a été retrouvée dans un sac poubelle qui appartenait au suspect. Des taches de sang ont également été découvertes dans son logement.

Ses explications sont floues, d'après la presse belge. S'il dit avoir bu, il ne peut expliquer les faits qui se sont produits.

Jeudi 7s7.be, ajoute que le quinquagénaire, porteur d'un bracelet électronique, s'était déjà présenté devant la porte de la jeune étudiante dans le plus simple appareil deux ou trois ans avant le drame. L'homme, dont elle ignorait le passé judiciaire, était venu, nu, glisser un mot «dont la teneur ne laissait aucun doute sur ses intentions», écrit le site belge. La jeune fille avait ensuite déposé plainte contre lui. Une plainte restée sans suite. Louise, elle, n'osait plus dormir seule à son domicile. Chose qui est arrivée de façon inhabituelle ce week-end avec les conséquences que l'ont connaît.

(cga)