Genève

18 mars 2015 06:00; Act: 18.03.2015 11:18 Print

«Ces salons de massage ont fait fuir des locataires»

Des résidents se plaignent des nuisances liées à la présence de prostituées dans leur immeuble. Les règles en la matière sont floues.

storybild

Deux appartements sont actuellement à louer dans l'immeuble. (Photo: 20 minutes)

Une faute?

«Ras le bol.» C’est l’expression qui revient le plus souvent à la bouche des habitants d’un bâtiment de l’avenue Pictet-de-Rochemont quand on évoque leur voisinage. Depuis juillet dernier, deux salons de massage sont venus s’y installer. Ils s’ajoutent à celui présent depuis 2010.

«Trois établissements sur les douze appartements que compte l’immeuble, c’en est trop, tonne une locataire. Il y a un va-et-vient incessant et inquiétant de clients. Les filles se douchent, alors on n’a plus d’eau chaude. Et leurs écrans géants et leurs jacuzzis causent des coupures d’électricité.»

Des excréments humains auraient aussi été retrouvés dans la cage d’escalier. «Des expatriés ont résilié leur bail, ils n’en pouvaient plus de ces problèmes, enchaîne une jeune voisine. Quand je rentre le soir, je demande à mon père de venir me chercher en bas de l’immeuble tellement j’ai peur.»

Excédés, les locataires ont alerté la régie en décembre. La gérance dit avoir appris la présence d’une activité commerciale avec leur plainte. Elle a résilié le bail d’un salon et a exigé de l'autre qu'il cesse son business. Le propriétaire du bâtiment est resté injoignable.

Les habitants échaudés ont aussi demandé aux autorités d’agir, la présence d’une activité commerciale étant illégale dans les logements. L’Etat n’a pas encore traité leur requête, mais rappelle que «des tolérances peuvent être admises pour des activités effectuées à domicile, lorsqu’elles sont limitées».

(tpi)