Genève

13 mars 2018 16:57; Act: 13.03.2018 18:08 Print

Moins d'accidents et de blessés sur les routes

par David Ramseyer - Les chiffres 2017 montrent une baisse des accidentés sur le réseau routier genevois. En cause, notamment: une prise de conscience des usagers.

storybild

(Photo: Y.V.M.D.)

Sur ce sujet
Une faute?

«Les résultats sont vraiment satisfaisants», se réjouit Patrick Pulh, chef de la police routière genevoise. Cette dernière a dévoilé ce mardi son bilan 2017. Il présente une réduction globale des accidents sur les axes du canton ainsi que du nombre de blessés, tandis que les cas mortels (11) sont restés stables par rapport à l'année précédente.

Morts sur l'asphalte, pas dans les voitures

L'an dernier, 1116 personnes ont été atteintes dans leur intégrité physique sur les routes du canton, principalement au centre-ville, soit une baisse de 3,1%. Qu'ils soient blessés légers ou graves, les conducteurs de deux roues motorisées paient le plus lourd tribu, suivis par les automobilistes, les cyclistes et enfin les piétons. Dans la majorité des cas, des violations des règles de circulation - mais pas forcément des vitesses excessives - sont en cause. Les inattentions et les distractions, comme consulter son smartphone en conduisant, sont aussi nombreuses à expliquer ces accidents.

Le nombre de tués, lui, reste stable: 11 personnes ont perdu la vie sur les routes genevoises l'an dernier, comme en 2016. A noter qu'aucun de ces décès ne concerne des automobilistes. Plus de la moitié des victimes étaient des piétons, tandis que trois pilotes de deux roues motorisées et deux cyclistes ont été tués. Depuis le début 2018, aucun accident mortel n'a été enregistré.

Le rôle de Via Sicura

Concernant les collisions et autres embardées, elles ont diminué de 3,1% l'an dernier par rapport à l'exercice précédent, «et surtout de 11% en deux ans!», souligne le major Patrick Pulh. L'officier estime qu'il est impossible de fournir une explication globale à ce phénomène. Mais il se risque tout de même à quelques interprétations: «Nous avons notamment accentué les contrôles sur les zones à risques, multiplié les opérations de prévention et il y a aussi une prise de conscience des usagers, liée notamment à Via Sicura.»

Afin de poursuive cette tendance à la baisse des victimes de la route et des accidents, la police cantonale entend «rendre les trottoirs aux piétons, les pistes cyclables aux cyclistes». Chacun sa route, donc. Les forces de l'ordre vont encore amplifier les contrôles, notamment au centre-ville, et poursuivre leurs opérations de prévention sur les réseaux sociaux ou encore en collaboration avec des associations d'usagers. Selon la police, «ces actions participent à une prise de conscience générale qui permet d'améliorer la sécurité sur les routes».