COP23

03 novembre 2017 17:07; Act: 03.11.2017 18:43 Print

50 voitures électriques sur la Place des Nations

Ces véhicules participent à la caravane verte partie lundi du Maroc pour rejoindre l'Allemagne où démarre lundi la Conférence sur le climat.

storybild

Bertrand Piccard a participé à l'événement. (Photo: Keystone)

Une faute?

Responsables politiques, ONU et ONG ont appelé à Genève à une consommation durable avant la Conférence des parties sur climat (COP23) dès lundi en Allemagne. Une cinquantaine de voitures électriques ont été rassemblées vendredi après-midi sur la Place des Nations.

Ces véhicules participent à la caravane verte touristique «Light Us», partie lundi du Maroc où avait eu lieu la COP22 pour rejoindre l'Allemagne à travers l'Europe. L'ONG marocaine qui a organisé cette manifestation veut montrer aux populations qu'il est possible de circuler sur de longues distances en voiture électrique.

«Genève et sa région veulent devenir un pôle mondial des nouvelles technologiques» en termes de développement durable, a affirmé de son côté le conseiller d'Etat Luc Barthassat. D'ici 2030, le canton souhaite réduire de 40% ses émissions de gaz à effet de serre, a-t-il également insisté.

Il a souligné l'arrivée prochaine du bus électrique TOSA chez les Transports publics genevois (TPG) mais aussi les partenariats avec le canton de Vaud ou la France voisine. Et l'organisation à Genève fin janvier des Assises européennes de la transition énergétique. M. Barthassat a encore salué l'«exemple» donné par les participants à la caravane verte.

20% des émissions de gaz à effet de serre

De son côté, le directeur général d'ONU Genève Michael Møller a mentionné un «exploit» qui a une «portée internationale significative». «Nous avons fait trop peu, trop lentement» sur le changement climatique, a-t-il aussi ajouté.

Cette semaine, aussi bien l'Organisation météorologique mondiale (OMM) qu'ONU Environnement ont appelé à Genève les gouvernements à faire davantage que leurs engagements actuels. Sans ces efforts, la limitation du réchauffement climatique à 1,5 à 2°C ne sera pas atteinte.

Ce changement provoquera des conséquences aussi bien sur la pauvreté que les migrations ou les conflits, a dit M. Møller qui en appelle aussi au secteur privé. Les transports sont responsables de 20% des gaz à effet de serre.

Selon la Fondation Solar Impulse, le basculement vers les énergies renouvelables va relancer l'industrie et aboutir au «plus grand marché économique» pour les entreprises. Si toutes les voitures deviennent électriques, l'impact sera «significatif et durable», a également dit M. Møller.

(nxp/ats)