Genève

28 septembre 2015 06:00; Act: 27.09.2015 21:21 Print

Un jour sans voitures ouvert à la circulation

par Marine Guillain - La journée de dimanche s'est déroulée sous le signe de la mobilité douce. Le concept convainc moyennement.

storybild

Des personnes visitent le chantier de la future gare de Geneve - Eaux-Vives à l'occasion des journées portes ouvertes du CEVA. (Photo: Keystone/Salvatore di Nolfi)

Sur ce sujet
Une faute?

«Quoi? Ils n'ont fermé aucune route aux véhicules?» s'é­trangle Lisa Mazzone. La présidente des Verts genevois se dit déçue de l'initiative du Département de l'environnement et des transports (DETA). «Ils manquent complètement le coche! C'est même de l'usurpation, ça n'a rien d'une journée sans voitures!» Selon elle, pour qu'une telle action prenne sens, des tronçons doivent être rendus piétons durant une journée (lire plus bas).

Le concept de la journée de dimanche: mettre en avant les portes ouvertes des chantiers du futur réseau ferroviaire CEVA et inciter les Genevois à venir les découvrir sans leur véhicule. «Il y avait foule aujourd'hui, note Thomas Putallaz, secrétaire général adjoint au DETA. Nous voulons réitérer cette manifestation au moins une fois par an, toujours en lien avec une manifestation d'intérêt public.» La prochaine devrait avoir lieu au printemps, lors de l'inauguration de la plaine de l'Aire.

Si aucune route n'a été fermée au trafic, un itinéraire a été balisé pour cyclistes et piétons. Des navettes gratuites permettaient de se déplacer d'un chantier à l'autre. «Pour des raisons financières, il n'était pas possible de rendre gratuits tous les titres Unireso, poursuit Thomas Putallaz. Sur un jour, ça correspondrait à un manque à gagner de plus de 300'000 francs.»

«Ce genre de journée est très utile et pédagogique, si les gens jouent le jeu», réagit Thomas Wenger. Le président de l’Association transports et environnement s'est rendu au CEVA en tram et à trottinette. «Montrer qu'il y a des alternatives efficaces de mobilité peut faire changer les habitudes. Mais une journée par an ne suffit pas, il faudrait les multiplier tout au long de l'année.»

Proposition en attente

Les Verts ont déposé une motion au printemps dernier, demandant à exclure le trafic motorisé sur le pourtour de la Rade un dimanche par mois. L'idée est que les Genevois se réapproprient les rues, sous le signe de la convivialité. La proposition n'a pas encore été traitée par le Grand Conseil. Les dernières actions du genre datent de 2006, avec «La ville sans voitures», et 2007, lors de la semaine de la mobilité douce. Reste l'annuel slow-up, qui se déroule chaque premier dimanche du mois d'août.