Genève

15 mars 2017 18:15; Act: 15.03.2017 18:15 Print

Projet de caisse maladie publique: l'Etat est fâché

par David Ramseyer - Le Parti du Travail veut que Genève crée sa propre assurance-maladie pour concurrencer celles déjà existantes. Le Canton s'y oppose.

storybild

(Photo: Keystone/Gaetan Bally)

Sur ce sujet
Une faute?

Un nouveau choix pourrait s'offrir aux assurés genevois. Le Parti du Travail (PdT) a lancé ce mercredi une initiative cantonale populaire qui demande la création d'une «caisse maladie genevoise publique à but social». Les initiants ont jusqu'au 17 juillet pour recueillir quelques 10'000 signatures.

La formation d'extrême-gauche entend ainsi combattre la «véritable escroquerie» que représente, selon elle, le «système opaque» actuel et sa multitude d'assureurs privés. Le texte souhaite la création d'une caisse cantonale qui concurrencerait ainsi celles déjà sur le marché de la couverture de base.

Primes moins chères

Selon le président du PdT, cela permettrait notamment de garantir des prix plus bas. «Une caisse publique, sans but lucratif, n'a pas besoin de démarcheurs, de faire du lobbying et de la pub, ni de payer un conseil d'administration, remarque Alexander Eniline. Les coûts économisés se répercuteraient donc sur le montant des primes».

Autres avantages avancés par les auteurs du texte: une caisse publique aurait pour principal mission de défendre ses assurés, pas «de faire de l'argent avec eux». La qualité des prestations serait donc meilleure. Enfin, les réserves ne pourraient pas être transférées dans d'autres cantons, comme c'est le cas actuellement, et resteraient ainsi en mains genevoises.

Canton très défavorable au projet

Le PdT salue l'initiative lancée récemment par les conseillers d'Etat genevois Mauro Poggia et vaudois Pierre-Yves Maillard pour la création de caisses de compensation cantonales.
Mais il l'estime insuffisante et surtout plus compliquée à mettre en place. «Ça va dans le bon sens mais il faudra changer le droit fédéral, obtenir une double majorité du peuple et des cantons, note Alexander Eniline. Ce que nous demandons est en réalité déjà autorisé par la Loi sur l'assurance-maladie (Lamal). On peut aller beaucoup plus vite.»

De son côté, le Département genevois de la santé tire à boulet rouge sur le projet du PdT. Une entité publique en concurrence avec les assureurs déjà sur le marché, «c'est mettre un dauphin dans le bassin des requins! Cela fera le jeu des caisses privées», prédit le conseiller d'Etat Mauro Poggia. Selon lui, la caisse cantonale va fatalement récupérer tous les mauvais risques. Soit les cas les plus coûteux, dont ne veulent justement pas les assureurs privés.

Au final, la nouvelle entité souhaitée par le PdT verrait donc ses primes s'envoler et risquerait même la faillite, affirme le magistrat. Pour Mauro Poggia, «une assurance maladie cantonale ne peut fonctionner que si elle unique, sans concurrence, afin de répartir les risques sur l'ensemble de la population».

Les commentaires les plus populaires

  • Jean Reusser le 15.03.2017 13:05 Report dénoncer ce commentaire

    Cette fois on y va

    Marre de ces sempiternelles augmentations, cette fois faisons le bon choix.

  • Dius le 15.03.2017 13:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Vive ce changement

    Enfin,bravo, je signe directement !!!

  • S. Riz le 15.03.2017 13:06 Report dénoncer ce commentaire

    Statu quo

    A bas le monopole des assureurs, vive le monopole de la confédération! On sait à quel point elle a le bien-être économique des citoyens à coeur...

Les derniers commentaires

  • Roxanne Santos le 17.03.2017 07:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Caisse unique ou pas

    J'espère que ce n'est pas une proposition tortue... Pour ma part la priorité c'est de fermer dans un premier temps nos frontalières et que la Suisse retrouve son indépendance. Que les résidents retrouvent du travail. Caisse maladie info ou intox ?!

  • Shaz le 16.03.2017 15:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Arrêtons cette mascarade

    J'ai signé et envoyé! Excellente proposition et hâte qu'on puisse enfin avoir une caisse publique et qu'on arrête avec cette mascarade de franchise. Le plus facile c'st justement montrer sa carte et basta merci au revoir! Pas besoin de recevoir la quote part 10% ou je ne sais quoi... ça devient ingérable toute cette paperasse! Soyons intelligent et votons pour une caisse universel.

  • Jo Bélix le 16.03.2017 13:59 Report dénoncer ce commentaire

    Osons... et il le faut

    Que l'Etat soit défavorable ou pas, si nous continuons avec le système actuel, dans quelques années, ce sera 80% de la population qui sera poursuivie par des instituts de recouvrement de créances. Alors, avant d'en arriver là, pourquoi fustiger des sujets qui prennent l'initiative de tenter autre chose ? L'arbre est tout proche, il serait temps de donner un coup de volant. Certains d'entre vous sont contre, mais que proposez-vous comme alternative, afin d'éviter le pire ?

  • Pierre Roche le 16.03.2017 13:53 Report dénoncer ce commentaire

    Bonne idée. Mauvaise mise en oeuvre

    Une caisse publique est un concept mort-né, si les assurance privées continuent d'exercer. Comme souligner par M. Poggia, cela va juste "soulager" les assurance privée des "mauvais risques". Les privés se feront donc plus de thune pendant que la caisse cantonale sera dans les chiffre rouge (= augmentation d'impots et/ou de cotisations). Dans tous les cas, on continuera de se faire avoir. Il n'y a que 2 solutions: caisse unique et rien d'autre ou alors... abolir l'obligation d'être assurer, ce qui forcera les assurances privées à se concurrencer, donc baisse des primes....

  • Julien M le 16.03.2017 13:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    discrimination

    c'est une très mauvaise idée partant d'un bon sentiment, cela risque de marcher 1 année ou deux, puis les assurance privé enverront tout les cas couteux (cancer etc ) la bas et cela sera le début d'une discrimination