Genève

20 septembre 2017 09:09; Act: 20.09.2017 11:53 Print

L'Hospice général emploie une stagiaire voilée

L'Association suisse vigilance islam s'émeut. L'une des questions qui se posent est celle-ci: une stagiaire est-elle une élève ou une employée?

Sur ce sujet
Une faute?

Une jeune femme portant le hijab (voile qui couvre les cheveux), étudiante à la Haute école de travail social, a obtenu un stage professionnel de six mois à l'Hospice général. Elle y travaille comme assistante sociale dans un centre communal, où elle se trouve en contact avec le public. L'Association suisse vigilance islam a dénoncé cette embauche sur son blog, rapporte la «Tribune de Genève». Elle accuse l'institution sociale publique d'aller à l'encontre de la laïcité de l'Etat.

L'Hospice général s'en défend. «Il ne s'agissait pas ici d'engager une personne en tant qu'employée, mais de donner à une étudiante l'opportunité d'effectuer un stage de six mois afin de lui permettre de mener ses études à bien», déclare son porte-parole au quotidien genevois. La laïcité n'est pour l'heure régie par aucune loi. En 2016, le Département de l'instruction publique avait édicté une directive stipulant que le voile est interdit pour ses collaborateurs en contact avec les élèves, mais autorisé pour ces derniers.

Le porte-parole de l'Hospice général considère par ailleurs que dans le cas d'espèce, le hijab est porté comme l'était le voile de nos grand-mères. Il n'a donc pas été considéré comme un signe religieux ostentatoire. Selon la «Tribune», l'étudiante avait auparavant été refusée par plusieurs institutions et associations.

(jef)