Genève

13 juin 2017 14:59; Act: 13.06.2017 15:32 Print

Tarmed: les médecins montent aux barricades

L'Association des médecins redoute un affaiblissement de la médecine ambulatoire et déplore la limitation des consultations à 20 minutes.

storybild

Michel Matter est le président de l'Association des médecins du canton de Genève (AMG). (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

L'Association des médecins du canton de Genève (AMG) estime avoir beaucoup à perdre avec la nouvelle tarification des soins (Tarmed) mise en consultation par le Conseil fédéral. Les patients seront aussi pénalisés. Seules les assurances maladie s'en sortiront, selon elle.

Certains actes ambulatoires ne seront plus rémunérés à la hauteur des coûts qu'ils génèrent, a indiqué mardi le président de l'AMG Michel Matter. Les médecins favoriseront alors les hospitalisations, dont les factures sont payées en partie par l'Etat, contrairement à l'ambulatoire, qui est totalement à la charge des assureurs.

La diminution de revenu pour un oncologue, par exemple, sera de l'ordre de 10 à 20%, a expliqué la doctoresse France Laurencet. Des chimiothérapies seront transférées à l'hôpital. Moins de revenus pour le médecin pourrait aussi le conduire à réduire le personnel qu'il emploie dans son cabinet.

Déshumanisation

Il va y avoir un affaiblissement de la médecine ambulatoire et un retour en arrière par rapport à aujourd'hui, a déploré M. Matter. La limitation des consultations à 20 minutes est aussi problématique, aux yeux de l'AMG. Chaque patient est différent et des cas graves réclament bien plus de temps et de tact de la part du médecin.

Les économies attendues grâce à cette nouvelle tarification des soins sont de l'ordre de 700 millions de francs. Cette somme représente environ 1% des coûts annuels de la santé qui dépassent 70 milliards de francs, a rappelé M. Matter. Pour le président de l'AMG, l'impact sur le niveau des primes d'assurance maladie sera nul.

Les primes ne vont jamais baisser, a ajouté Mme Laurencet, notant que les médicaments pour traiter les cancers sont de plus en plus chers et que la population vieillit. Pour M. Matter, c'est le financement du système de santé qui ne joue pas. On pourrait réfléchir, selon lui, à un déplacement sur l'impôt.

Les médecins vent debout

Le projet de révision de la structure tarifaire Tarmed a été mis en consultation jusqu'au 21 juin par le Conseil fédéral. Les propositions devraient s'appliquer dès 2018. Lundi, la Société médicale du Valais a dit tout le mal qu'elle pensait des propositions de la Confédération. D'autres médecins ont fait de même.

De son côté, la principale faîtière des assureurs maladie santésuisse salue le principe de la révision de Tarmed envisagé par le conseiller fédéral Alain Berset, même si elle doute que le potentiel d'économies de 700 millions de francs puisse être atteint.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Roméo le 13.06.2017 16:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    assurances

    de toute manière pour nous les assurés que nous sommes nous serons toujours les cochons de payeurs sans que l'on nous donne des explications pour justifier les augmentations de primes pauvre Suisse !!!

  • Heidi le 13.06.2017 15:47 Report dénoncer ce commentaire

    20 minutes ?

    J'étais chez un Ophtalmologue hier à Genève. Sa consultation a duré 8 minutes. On est bien loin des 20 minutes. Le reste des examens ont été effectués par un apprentie de deuxième année et ... par la réceptionniste ! J'attends la facture !

  • Yveso le 13.06.2017 16:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    medecins: espèce en voie de disparition

    Tarmed etait une bonne idée a la base. aujourd'hui elle ne favorise plus que les assurances et l'état. les soins sont d'une qualité de plus en plus mediocre, les erreurs médicales explosent, les assurances font des bénéfices mirobolant et ne seront jais perdantes puisque en cas de faillite c'est le peuple qui payera. la liberalisation dans ce domaine, a la limite de l'égalité, a montré ses limitea maos surtout sa supercherie. un médecin chirurgien specialiste, p.ex cardiologie, néphrologie ou maxilo-faciale ne commencera a gagner sa vie qu'à 30 ou 36 ans env. soit a la fin de ses études et assistanat obligatoire. quels risques suisje prêt à accepter pour ma santé , la est toute la question que je renvoie aux assurances et gouvernement

Les derniers commentaires

  • GFA-13 le 15.06.2017 18:50 Report dénoncer ce commentaire

    RAS le bol

    Première consultation en France 25 Euro, première consultation en Suisse 150.- et je ne parle pas des spécialistes où là les prix en Suisse prennent l'ascenseur. Si on veut demain faire des économies, il faut obliger les médecins et en particulier les spécialistes de revoir leurs tarifs. Il en va de même avec le prix des médicaments. L'arc lémanique en particulier à Lausanne et Genève offre une telle concentration d'hôpitaux et de prestations dans tous les domaines que aujourd'hui il contribue à l'effet inflationniste de nos primes, cela suffit car bientôt plus personne ne pourra les payer.

    • Doccool le 21.06.2017 18:12 Report dénoncer ce commentaire

      Pas juste

      Le cout de la vie n'est laps le même..Si le personnel gagne comme en France le médecin serait aussi moins cher. Mais comme on gagne plus en suisse les français vient chez nous pour gagner aussi plus.. logique.. alors il faut pas s'étonner de payer plus pour la consultation. A 25 euro la consultation croyez vous pouvoir avoir une qualité et sur la durée? On ne pourra plus attirer que des médecins Syriens qui fuient la guerre ( quoique je n'ai rien contre eux). Regardez en France en province la qualité de la médecine..

  • Ilse le 14.06.2017 17:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    renouveler

    Tout le système de santé est à changer et avant tout pour en stabiliser le coût et assurer à tous des soins de qualité. Sans cela, la situation ne pourra que s'aggraver.

  • Marie le 14.06.2017 07:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et la logique?

    Quand nous comprendrons enfin que la raison de la hausse de coûts est due au vieillissement de la population, on pourra peut-être discuter de solutions différentes que d'augmenter les primes et baisser les rémunérations des médecins! Encore des idées de gauche qui ne résolvent en rien les vrais problèmes. C'est toujours pareil; la gauche donne un sparadrap pour soigner un cancer et après vient nous dire outrée que c'est la faute au producteur de sparadrap si le cancer ne guérit pas...

  • Merci Docteur le 14.06.2017 00:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Economies

    Et si on commençait par mettre un frein à la prolifération des centres d'imagerie médicale que ouvrent à tour de bras des groupes de médecins pour arrondir leurs fins de mois? Pour chaque bobo, un IRM quand ce n'est pas deux. Et ça doit rapporter à voir la concentration de tels centres rien qu'à Fribourg.

    • Marie-Jo le 15.06.2017 19:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Merci Docteur

      Et si on commençait à dénoncer vos âneries et imbécilités ,les médecins seraient soulagés.

  • Big Bisou le 13.06.2017 23:59 Report dénoncer ce commentaire

    Soigner pour se faire insulter

    Médecine: 6 années d'études universitaires de 08h00 à 22h00, 90% d'échec, 3x plus de dépression et de suicides que la population générale, 5x plus de burn-out que les autres professions, 70h de travail hebdomadaire, des nuits, tarifs contrôlés par l'Etat, pas de salaire avant 25 ans (salaire-horaire d'infirmière!), pas de possibilité d'être à son compte avant 35-40 ans, cabinets contrôlés par l'Etat. Oui, les médecins ont eu leurs études payées, comme tout le monde d'ailleurs.. Oui, c'est un choix, comme votre métier à vous aussi. Donc on peut aussi vous exploiter gratis?

    • Dany Tonnelier le 14.06.2017 13:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Big Bisou

      Combien en ont conscience ?