Ville de Genève

24 septembre 2017 11:10; Act: 25.09.2017 11:14 Print

Week-end de réflexion forcée pour Rémy Pagani

Après l'annulation du scrutin de ce dimanche, l'exécutif a invité le maire à «se déterminer sur ses prérogatives».

storybild

Rémy Pagani, Ensemble à Gauche, est maire de la Ville de Genève. (Photo: Keystone/Salvatore di Nolfi)

Sur ce sujet
Une faute?

Rémy Pagani demeurera-t-il maire de la Ville de Genève? Ses collègues du Conseil administratif l'ont invité à «se déterminer sur ses prérogatives» durant le week-end, après l'affaire du scrutin annulé pour cause de brochure officielle partiale. Il est prévu que l'élu d'Ensemble à Gauche «informe de sa décision» l'exécutif et le Conseil municipal dès la semaine prochaine.

Réuni vendredi en fin d'après-midi, le Conseil administratif a décidé de ne pas recourir contre la décision de la justice genevoise qui a annulé la votation sur quatre référendums budgétaires. La brochure de présentation, dont Rémy Pagani était responsable, débutait par une introduction rédigée par le comité référendaire, en plus de ses prises de position suivant chaque objet. Par ailleurs, deux des quatre synthèses brèves et neutres n'étaient pas neutres, a estimé la Chambre constitutionnelle.

La gestion de ce dossier est dorénavant confiée à la socialiste Sandrine Salerno, vice-présidente du Conseil administratif. Ce dernier a aussi rendu publique une partie de ses débats estivaux relatifs à la brochure controversée.

Pagani lâché par ses pairs

On y apprend que le 21 juin, «moyennant quelques modifications», l'exécutif avait approuvé le commentaire des autorités de la Ville de Genève et la synthèse brève et neutre de la brochure. Seul le magistrat démocrate-chrétien Guillaume Barazzone s'était opposé à cette décision.

La totalité du fascicule litigieux a, elle, été validée par le Conseil administratif le 30 août, «sous réserve de l'opposition de Guillaume Barazzone et de l'abstention de Sandrine Salerno». L'exécutif a pris le soin de protocoler que les deux pages d'introduction offertes au comité référendaire relèvent «de la seule décision de Rémy Pagani, Maire».

(jef)