Genève

11 octobre 2017 19:28; Act: 11.10.2017 22:35 Print

Salaires de l'Etat modifiés et femmes gagnantes?

Le Canton veut changer le système d'évaluation de l'administration. Le secteur de la santé y gagnerait. Les syndicats dénoncent un projet «injuste».

storybild

L'objectif pour le Conseil d'Etat est d'avoir un système équitable, cohérent et global. (Mercredi 11 octobre 2017) (Photo: Keystone/Archive)

Une faute?

Le Conseil d'Etat genevois a bouclé le projet SCORE de refonte du système d'évaluation et de rémunération de l'administration cantonale. Le salaire d'une majorité des personnes concernées augmentera, surtout dans la santé et le social.

«Personne ne verra son revenu baisser. S'il y a des changements, c'est à la hausse», a souligné mercredi devant les médias le conseiller d'Etat Serge Dal Busco, en charge des finances, lors de la présentation du projet SCORE (Système, Compétence, Rémunération et Evaluation). De fait, 57% des personnes en poste verront leur salaire augmenter durant une période transitoire de six ans. Mais dès l’entrée en vigueur de la réforme, prévue en 2019, les rémunérations à l’engagement seront moindres.

La nouvelle grille salariale bénéficiera surtout aux femmes, plus nombreuses dans les métiers de la santé et du social. La revalorisation de certaines fonctions sera aussi favorable à 60% des employés dans le bas et le milieu de l'échelle salariale. En revanche, 35% des plus de 45'000 fonctionnaires verront leur progression salariale temporairement suspendue et 8% ne subiront pas d'effet.

Système obsolète

En vigueur depuis 1974, le système d'évaluation des fonctions de l'Etat de Genève est devenu obsolète. Il établit 2500 fonctions, dont 700 n'existent plus. Sa refonte liste 147 emplois références regroupés en 23 domaines professionnels. Elle remplace les 30 classes salariales par 20 niveaux de salaires et introduit une progression salariale linéaire, au lieu de deux niveaux.

L'objectif est d'avoir un système équitable, cohérent et global, à l'image de ceux mis en place par les cantons de Vaud et de Bâle-Ville ainsi que par les Villes de Lausanne, Neuchâtel et Zurich. Le projet doit désormais être étudié par le Grand Conseil genevois.

Projet «délirant»

Pour le Cartel du personnel de l'Etat et du secteur subventionné, SCORE est «délirant, abusif et inéquitable». Il provoquera «des baisses de salaire annuel jusqu'à 12% dans certains secteurs» et impactera surtout les bas revenus, selon les syndicats de la fonction publique. Ceux-ci accusent en outre le Conseil d'Etat d'avoir coupé court aux discussions, en présentant unilatéralement son projet de loi, ce mercredi. Ils exigent son retrait et appellent à la mobilisation du personnel. Une assemblée aura ainsi lieu le 7 novembre.

Enfin, le Cartel évoque une «déclaration de guerre» de la part du Canton. Des propos qui font bondir le conseiller d'Etat chargé des finances: «Notre projet permettra à une majorité des collaborateurs d'augmenter leur salaire, martèle Serge Dal Busco. J'ai de la peine à comprendre qu'il puisse être interprété comme un acte belliqueux à l'encontre de la fonction publique».

(nxp/dra/ats)

Les commentaires les plus populaires

  • Domi le 12.10.2017 00:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mensonges

    Quel article mensonger. La table des 7 gulus devrait d'abord balayer devant leur porte avant de vouloir réformer le salaire de ces 45'000 personnes. Plus de 280'000 à l'année, environ 3'000 francs de frais de représentation par mois et une retraite À VIE prise uniquement sur NOS impôts, sans cotiser nulle part ! Et tout cela en avançant l'excuse que conseiller d'état est un métier à risque ? Et les petites mains alors ? On ne prend pas de risques ? L'hôpital qui se fout de la charité ! Politique = mensonges=copinage=intérêt personnel. Ils vont pouvoir placer tous leurs petits copains youpiiiii

  • Marco le 11.10.2017 22:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et dans les détails...

    Ce que le conseil d'état n'évoque pas dans cette conférence de presse, c'est que, dans les domaines du social et de la santé, ce sont les fonctions de cadre qui augmentant surtout. Les aides soignantes et les assistants sociaux, eux, se voient baisser d'une classe. "Marrant" comme le conseil d'état biaise les informations qu'il transmet à la presse (et "'marrant" que celle-ci n'étudie pas de plus près la question...)

  • Philippe le 11.10.2017 20:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    GE

    Le problème n est pas tant le projet en lui même mais comment on le présente , le fait comprendre , le fait accepter . Ce monsieur s étonne de la réaction du cartel ? Et bien discutez monsieur !!!!

Les derniers commentaires

  • Jose le 12.10.2017 13:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Une petite réflexion

    Si le système dévaluation date de 1974, je ne comprends pas pourquoi tous les salaires naugmentent pas. Nous travaillons plus, nous avons plus de responsabilités. La société a évolué, tout a évolué, sauf nos salaires...

  • Moi le 12.10.2017 11:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ...

    Noooo Pogia va encore protester ces polichinelles qu'à s'occuper des récidivistes et laissez les femmes tranquilos

  • Ge le 12.10.2017 11:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Salariés

    Une chose est vrai! Nous allons droitdans le mur c'est certains! Quel gâchis! Tout cela pour du fric.

  • Pop corn le 12.10.2017 10:19 Report dénoncer ce commentaire

    République "Bananière"

    Et dire qu' il y en a qui croit encore à ce vieux cliché du fonctionnaire engraissé avec un salaire moyen de CHF 110 000 BRUT. Arrêtez de bêler sans savoir ce que vous dites. La haute majorité des salaires annuels ne dépasse jamais les 90 000 francs, et encore! En revanche, le m' enfoutisme crasse des dirigeants qui laisse dilapider l'argent public dans les dysfonctionnements organisationnels dans tout les départements de l'État, là pas un mot!!!

    • pourrie gâté le 12.10.2017 13:14 Report dénoncer ce commentaire

      barbe à papa

      90'000chf pour "travailler" du lundi au vendredi sans avoir aucune compétence pour la plus part des fonctionnaires, je trouve que c'est largement assez. On ajoute à cela des vacances à répétition, de longues pauses journalières et un emploi à vie

    • Boris le 12.10.2017 14:01 Report dénoncer ce commentaire

      Fake

      Il vous suffit de regarder le bilan social de l'Etat disponible en ligne pour vérifier que le salaire moyen est de plus 112'000 (116'00 avec indemnités). Le salaire médian est de plus de 109'000 (112'000 avec indemnités) ...

    • Rakham le 13.10.2017 19:24 Report dénoncer ce commentaire

      Réalité biaisée

      C'est les très hauts salaires qui tirent la moyenne vers le haut, mais cela ne correspond pas au salaire des employés "standards". C'est comme la moyenne du revenu médian en Suisse, très élevée, sans que la grande majorité des gens l'atteigne, cela n'est qu'un rapport biaisé de la réalité que vive la grande majorité des travailleurs.

  • Loup Gens le 12.10.2017 09:47 Report dénoncer ce commentaire

    Trop c'est trop.

    Ça vous choque peut-être car il y a tellement de fonctionnaires à Genève que cette catégorie ne voit plus rien et pense qu'à son petit confort mais, on peut en virer un quart sans que cela pose préjudice à qui que ce soit. Faites voter la population et vous verrez où iront vos avantages, privilèges et vos passe-droits.