Genève

13 septembre 2017 20:33; Act: 13.09.2017 20:33 Print

Les Genevois offrent leurs vieux vélos aux migrants

par Julien Culet - Une association récolte des bicyclettes pour les distribuer dans les foyers pour requérants, contre quelques services.

storybild

Missié Vélo reçoit notamment beaucoup de bicyclettes pour enfants. (Photo: Missié Vélo)

Sur ce sujet
Une faute?

«Quand on apporte des vélos, c’est à chaque fois la cohue. Pour eux, c’est la fête!» Julien Hutin est à l’origine de l’action Missié Vélo, dont le but est de fournir des bicyclettes à des migrants qui vivent dans les foyers genevois. Les petites reines sont données par des particuliers ou des magasins spécialisés qui les destinent à la décharge. Une trentaine ont été récoltées et distribuées depuis un an. «Les Suisses sont vachement généreux mais ils ne le montrent pas», commente le responsable.

Environ deux tiers des deux-roues récoltés sont réutilisables. «Ils sont souvent vieux et usés mais les migrants s’en fichent. Ils les retouchent et se les approprient», rapporte Julien Hutin. Ceux qui ne sont plus en état d’être retapés sont démontés pour constituer un stock de pièces de rechange. Ce désossage est la contrepartie demandée aux requérants. «Nous ne voulons surtout pas les exploiter. C’est un service qu’on leur demande. Certains ont une formation en mécanique, sont vraiment doués et aiment ça», explique celui qui est aussi chargé de projet à Pro Velo Genève.

Missié Vélo se développe petit à petit. L’action bénéficie depuis la fin du printemps d’une subvention de 5000 fr. de la Ville de Genève, ce qui lui a donné un coup de boost. Les trois membres actifs donnent aussi des cours aux réfugiés. Depuis ces dernières semaines, un système de vélos en libre-service se met également en place dans les foyers d’accueil (lire encadré). «Notre objectif est de donner l’intégralité de la structure aux migrants et qu’ils puissent être autonomes», précise Julien Hutin.