Genève

06 octobre 2017 13:59; Act: 06.10.2017 22:32 Print

Des étudiants à la place du musée des pompiers?

La coopérative pour le logement des étudiants lorgne sur le bâtiment qui abrite le musée des soldats du feu genevois pour construire 136 appartements.

storybild

Le bâtiment est situé dans le quartier de la Jonction, à côté du Palladium. (Photo: Google)

Une faute?

Des étudiants pourraient être logés sur la parcelle qui accueille aujourd'hui le Musée des sapeurs-pompiers de la Ville de Genève. C'est le projet de la coopérative de logements pour personnes en formation, la Ciguë. Elle propose de démolir le bâtiment bas situé au 1 rue du Stand, à la Jonction, pour en construire un plus grand, relaie la «Tribune de Genève». Il pourrait ainsi contenir 136 chambres et des espaces communs. Le crédit d'étude de faisabilité de 150'000 fr. a été renvoyé en commission des travaux par le Conseil municipal la semaine dernière.

La Cigüe estime que le musée est peu fréquenté. Elle promet qu'il sera préservé et mieux mis en valeur avec son projet. Il pourrait prendre place au rez du nouveau bâtiment. Pour Aline Juon, «l'idée est d'inclure complètement le musée des pompiers dans le projet, de discuter avec eux. Nous les avions approchés il y a deux ans. Ils avaient l'air de craindre pour leur musée et d'y être attachés mais nous ne voulons pas y toucher. C'est plutôt le Département de Rémi Pagani qui semblait dire que le Municipal profiterait du projet pour écarter le musée.»

Si la parcelle intéresse la coopérative, c'est parce qu'elle estime que les lieux sont idéalement situés: près d'un arrêt de tram, du futur quartier d'Artamis et de l'Usine. La Ciguë a lancé une pétition pour que le dossier avance.

Avenir de la caserne en question

Les soldats du feu à la retraite qui gèrent le musée qui accueille en moyenne 3000 visiteurs par an l'estiment menacé. Ils militent pour que rien ne bouge. Ce sont eux qui ont construit toute l'infrastructure en bois mettant en valeur les anciens équipements et véhicules utilisés par les pompiers depuis plus de 170 ans. Les lieux abritent également la caserne des volontaires. Les locaux comprennent des vestiaires, un réfectoire, une salle des opérations et un garage. Son rôle stratégique est défendu par l'Office cantonal de la protection de la population et des affaires militaires.

Contacté, le maire de Genève Rémi Pagani indique avoir lancé à l'interne une recherche de lieux pour accueillir le musée et le garage. «Durant un an de recherche dans toute la ville nous n'avons trouvé qu'un garage utilisé par les TPG à la pointe de la Jonction libre en 2020 et trop petit», explique le magistrat, en charge du Département des constructions et de l'aménagement. Rémi Pagani précise que «depuis quelques temps un mandat externe a été lancé pour réexaminer l'ensemble du dossier».

(jcu/lfe)