Genève

11 octobre 2017 22:50; Act: 12.10.2017 13:08 Print

Du sursis pour le riche voleur de montres de luxe

par Jérôme Faas - Le tribunal a condamné mercredi l'étudiant aisé qui avait dépouillé un copain. Certains acheteurs des biens dérobés pourront les conserver.

storybild

Un collectionneur avait acquis à un individu louche une Audemars Piguet Royal Oak Skeleton, estimée à 89'200 francs, appartenant à l'héritier volé. Il devra la lui rendre. (Photo: dr)

Sur ce sujet
Une faute?

L’étudiant camerounais de bonne famille qui avait dérobé six montres valant 200'000  fr. («20 minutes» de mardi) à un jeune héritier avec qui il faisait la fête a été condamné mercredi. Il a écopé de 15 mois de prison avec sursis.

Le lésé ne récupérera pourtant pas toutes ses tocantes, vendues par le voleur à un individu louche, en fuite. Ce dernier en avait cédé cinq, contre rétribution, à un collectionneur très actif sur ricardo.ch. Via cette plateforme, un diplomate vietnamien et un agent de sécurité valaisan lui en avaient acheté trois. Les deux hommes, considérés acquéreurs de bonne foi, pourront les garder. Le collectionneur, en revanche, doit restituer une Patek Philippe (29'300 fr.) et une Audemars Piguet (89'200 fr.): des contrats non valables le lient au voyou, et il n’a jamais eu de titre de propriété.

Jeudi matin, l'avocat du prévenu, Me Timothée Bauer, s'est dit satisfait de la peine infligée à son client. Il regrette en revanche que justice n'ait pas ordonné la restitution de toutes les montres au plaignant. Cette décision va forcer le condamné à l'indemniser. «Je ne comprends pas la logique du tribunal, qui a choisi de privilégier le consommateur à la protection de la propriété privée», a indiqué l'avocat.