Genève

23 juin 2015 06:00; Act: 23.06.2015 07:24 Print

Aucune solution pour faire bosser les élèves en juin

par Marine Guillain - Les écoliers genevois ne travaillent plus depuis des semaines. Le combat pour rentabiliser les fin d'année scolaire continue.

storybild

La concentration des jeunes est en baisse après les Evacom, qui ont un grand poids symbolique. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

«Aujourd'hui on a regardé deux films et notre prof nous a dit de prendre des raquettes de ping-pong demain pour passer le temps.» Comme Luca, en 11e année au cycle d'orientation, la plupart des élèves ne travaillent presque pas durant le mois de juin, une fois les évaluations communes (Evacom) terminées. Celles-ci ne peuvent avoir lieu plus tard que fin mai, à cause des délais administratifs.

«Rien n'a changé depuis mon intervention l'an passé car il n'y a pas de volonté politique», déplore Jean Romain. Le député PLR avait demandé à l'Etat de trouver une solution pour pallier ces heures perdues. «Il y a de nombreuses façons d'utiliser efficacement ces semaines creuses durant lesquelles tout le monde s'ennuie, juge-t-il. En faisant venir des associations de métiers dans les classes du cycle pour orienter les jeunes, par exemple.»

Le département de l'instruction publique (DIP) admet qu'il y a des progrès à faire au niveau de l'orientation: «On y travaille, mais on veut instaurer quelque chose tout au long de l'année et pas seulement à la fin», précise Pierre Kolly, directeur général.
Un groupe de travail s'est réuni régulièrement ces derniers mois pour trouver des solutions. Une piste, en décalage avec le principe de retarder les épreuves, serait d'avancer les Evacom au mois de janvier, puis de poursuivre avec les épreuves habituelles jusqu'à mi-juin, «afin de supprimer cette notion d'étape passée après laquelle on peut décrocher, indique Pierre Kolly. Mais cette idée n'est pour l'instant qu'au stade de réflexion.»

Une option qui pourrait être intéressante, aux yeux du syndicat des maîtres du cycle d'orientation (Famco): «Les Evacom ne comptent pas tant que ça dans la moyenne, rappelle la présidente de l'association, Salima Moyard. Les avancer franchement diminuerait le poids symbolique disproportionné que les élèves leur accordent.»

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Claude Simon le 23.06.2015 09:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Prof

    Ce sont les élèves ou les profs qu'on arrive pas a faire bosser ?...

  • Tac-o-tac le 23.06.2015 10:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et les enseignants?

    Mon gamin a eu des examens en mars sur Fribourg. Le travail continue à la même vitesse en avril, mai et juin, avec des contrôles réguliers. Facile de dire "les élèves"... allez plutôt voir du côté des enseignants...

  • Jean-Marc le 23.06.2015 07:28 Report dénoncer ce commentaire

    Blablabla

    Ah oui, pourquoi à Genève c'est si différent?? Alors que dans le canton de Vaud est réputé pour être plus difficile que Genève. A mon avis il y a une grosse part de résponsabilité de l'état. Un Genevois qui parle...

Les derniers commentaires

  • Nicolas le 25.06.2015 10:21 Report dénoncer ce commentaire

    Se tromper de cible

    Il faut s'en prendre à l'armée de généraux au-dessus des profs et aux politiciens, qui eux sont à la base du problème évoqué dans l'article. Les profs ne sont que des exécutants... que l'on veut exécuter. C'est se tromper de cible! Pourquoi lit-on dans les commentaires un tel vomi sur les profs, avec l'habituel déballage de clichés? C'est un métier pourtant difficile et qui demande énormément de travail à la maison, souvent le soir et le week-end. Mais ce travail ne se voit pas. C'est un boulot ingrat, dans lequel il y a beaucoup de dépressions.

  • lulu le 24.06.2015 15:51 Report dénoncer ce commentaire

    baisse de salaire

    A partir de la mi-juin on baisse les salaires des profs. Etant donnée qu'ils devraient bosser et qu'ils sont déjàen pré évacances.

    • Khresteen le 25.06.2015 09:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      Ecole

      Pas besoin de les faire travaille il faut regarder des filme aller a la piscine s amusser

  • Morgarten le 23.06.2015 19:38 Report dénoncer ce commentaire

    HARMOS et EVACOM, du bidon ?

    Quand on pense au pognon qui a ètè piqué aux contribuables pour des niaiseries comme Harmos et Evacom. On avait voté pour une harmonisation FEDERALE de tous les systèmes de l'école obligatoire, et voilà le non-résultat. Et ça continue !!!

  • yenamarre le 23.06.2015 17:25 Report dénoncer ce commentaire

    yenamarre

    Si le métier de prof, c'est rien faire avec un super salaire et 13 semaines de vacances par année...VENEZ TOUS A LA FETE puisque le DIP rame année après année pour trouver des profs et va jusqu'à passer des annonces dans le Dauphiné et ETC.....Où est donc le problème?

  • Roger le 23.06.2015 14:15 Report dénoncer ce commentaire

    Réalité sur les profs au post ob

    Un prof de primaire et un prof au post-obligatoire ce n'est pas les mêmes horaires etc. Pour parler des profs au post-obligatoire; un 100% c'est 24 heures de travail en classe. Mais attention 24 heures de 45 minutes. Cela fait 18 heures en classe. Pour un 100% dans un job classique 40h, il lui reste encore 22 heures par semaine pour les corrections et les préparations. Surtout que la plupart de mes collègues (oups) refont le même programme chaque année. Pour le salaire c'est 8000.- environ et 14 semaines de vacances. 9 semaines CADEAU !!!

    • Nicolas le 23.06.2015 14:49 Report dénoncer ce commentaire

      La réalité des haineux

      Ce qui compte, c'est le nombre d'heures de travail PAR AN. Je travaille souvent 15h / jour, surtout en période de corrections. J'ai jusqu'à 200 élèves et je prends 30 min par épreuve (6 épreuves importantes par an). Il a été mesuré qu'un prof du post-obligatoire travaille 1800 h par an, très souvent le soir et le week-end. STOP au dénigrement! Nous ne nous permettons pas de juger le travail des notaires, banquiers, médecins... qui eux pourtant gagnent 2-3-4-5 fois plus. Un peu de respect, merci. C'est pénible de travailler tant pour la société et de se faire tirer dessus par des haineux.

    • Patrice le 23.06.2015 16:20 Report dénoncer ce commentaire

      Trompeur

      24h par semaine devant les élèves, c'est un record en Europe! En France c'est 15-18h. De plus, ce sont de véritables heures car, durant les pauses, je réponds aux questions de mes élèves, je fais des photocopies ou de l'administratif, etc. A cela s'ajoutent de nombreuses réunions avec mes collègues, la direction et les parents. En tant que prof de sciences, je prends aussi pas mal d'heures à préparer des expériences. Donc la réalité est plutôt 30h par semaine dans l'école, et 30h par semaine (week-end inclus) chez moi. Et comme un con, je corrige même durant les vacances!!

    • roger le 23.06.2015 18:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      Réponse à Patrice

      Patrice pour préparer les expériences il y a le chef de labo, le préparateur et l'assistant de labo.

    • roger le 23.06.2015 18:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      Réponse à Nicolas

      Je ne suis pas haineux vu que je suis prof. J'ai pas choisi ce métier par hasard.

    • Jean D: le 24.06.2015 17:23 Report dénoncer ce commentaire

      Profs ne choisissent pas leurs élèves

      C'est comme les recrues à l'armée, certains élèves ne viennent à l'école obligatoire que par... obligation. Pour le post-ob', des parents qui n'auraient jamais dû avoir d'enfant ainsi que le système éducatif s'obstinent à maintenir les gros perturbateurs dans l'institution. Tout ça pour dire que le travail en classe peut être très très pénible et mérite compensation ! Rare sont les métiers où l'on peut se voir IMPOSER de côtoyer tous les (potentiels futurs) pires individus d'une société.

    • Patrice le 25.06.2015 09:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      Réponse à roger

      Hé bien non. Coupures budgétaires! Pas d'assistant labo chez nous. Le préparateur n'a été engagé qu'à 40%, donc on ne le voit que 2 jours par semaine. Ça fait 15 ans qu'on fait des économies année après année. Il faut le savoir. C'est à l'armée de généraux au-dessus des profs qu'il faudrait s'en prendre, plutôt que de cracher sur le bas de la pyramide.