Genève

29 janvier 2015 12:19; Act: 29.01.2015 18:31 Print

Comme leurs profs, les collégiens font grève

Les élèves genevois ont déserté les classes jeudi. Leurs cibles: la réforme du postobligatoire et les coupes budgétaires. Le débrayage a toutefois été moins suivi par les profs qu'en décembre.

Voir le diaporama en grand »
29.01.2015: Plusieurs établissements genevois se sont mobilisés pour faire la grève jeudi, comme ici l'ECG Jean-Piaget. Environ 300 élèves du Collège Emilie-Gourd se sont réunis en matinée pour protester contre les mesures qui touchent le post-obligatoire. L'ECG Jean-Piaget appelle les élèves à la résistance. "La grève ne se fait pas au lit !", s'est exclamé l'un des étudiants du Collège Emilie-Gourd. A 8h30, tout le monde était réveillé pour manifester. Rassemblement des élèves du Collège Calvin. Les élèves du Collège Emilie-Gourd ont organisé des ateliers pour confectionner leurs panneaux. Le Collège Voltaire s'est aussi mis en grève. Élèves et professeurs de l'ECG Jean-Piaget réunis. La protestation était vive au Collège Emilie-Gourd. Préparation au cortège de l'après-midi, à l'ECG Jean Piaget. Les élèves du Collège Emilie-Gourd ont beaucoup débattu ces trois derniers jours, lors d'assemblées organisées par leurs soins. Pas de cours mais du monde à l'ECG Jean-Piaget, à 8h ce jeudi matin. "On ne veut pas rendre le collège plus facile, on veut qu'il ne soit pas plus difficile", ont expliqué les étudiants du Collège Emilie-Gourd. Message à la conseillère d'état Anne Emery-Torracinta, en charge de l'Instruction Publique. Le Collège Voltaire en grève. ...Le Collège Calvin aussi. Les collégiens ont rejoint les professeurs grévistes au Palladium. Un long cortège s'est ensuite déplacé sur la place Neuve. Malgré le froid et la pluie, plus de 1000 personnes se sont réunies pour faire entendre leur voix. Pancartes, slogans et mégaphones: les étudiants ont fait beaucoup de bruit. Depuis la place Neuve, les manifestants ont rejoint la vielle-ville.

Sur ce sujet
Une faute?

Les collégiens genevois se sont joints ce jeudi à la grande mobilisation de la fonction publique. Dans l'ensemble des établissements du canton, des élèves font grève et se préparent à manifester cet après-midi avec leurs enseignants.

A Emilie-Gourd, ils étaient 300 ce jeudi matin à se rassembler devant le Collège. Des grévistes de Claparède sont venus grossir les rangs. La mobilisation a pris forme ces trois derniers jours via les réseaux sociaux et des assemblées générales. La matinée a été consacrée à des ateliers de confection de pancartes sur lesquelles ont été inscrites des slogans.

La réforme du postobligatoire, entrée en vigueur en septembre, est la principale cible des protestataires. Ces derniers dénoncent un «Collège élitiste». Ils s'opposent à la limitation du nombre de redoublement et la limite fixée au 30 septembre pour pouvoir abandonner son année sans conséquence. Elle était auparavant au 30 janvier. Comme leurs professeurs, ils veulent également la fin des coupes budgétaires dans l'instruction publique.

«Nous ne sommes pas là pour sécher les cours, explique Marion, élève de 3e. Nous nous préoccupons de l'avenir des étudiants. Plus particulièrement pour ceux qui débutent le postobligatoire et qui vont subir de plein fouet ces mesures.» Des débats entre élèves et du tutorat bénévole sont ainsi organisés ce jeudi à Emilie-Gourd. Des étudiants se sont proposés pour fournir une aide à leurs camarades en difficulté.

Les grévistes disent regretter de ne pas avoir été reçus par leur conseillère d’État. «Nous sommes déçus de ne pas avoir eu de discussion avec Anne Emery-Torracinta. Elle devrait pourtant nous comprendre, puisqu'elle a été enseignante» déplore Giuseppe, en 4e année.

Les collégiens grévistes de l'ensemble des établissements genevois ont ensuite rejoint leurs professeurs au Palladium, où se tenait une assemblée générale des protestataires de la fonction publique.

Environ 300 étudiants se font entendre, devant le Palladium (crédit: MaG):

(dra/jcu)