Justice

13 mars 2018 16:54; Act: 13.03.2018 18:57 Print

Corruption au Venezuela: 2 arrestations à Genève

Des traders installés à Genève sont accusés de corruption par la compagnie pétrolière vénézuélienne d'Etat. Le Ministère public genevois a ouvert une procédure pénale.

storybild

Une plainte a été déposée le 6 mars. (Photo: Keystone)

Une faute?

Plusieurs acteurs suisses du négoce de matières premières font l'objet d'une plainte de la compagnie pétrolière vénézuélienne d'Etat PDVSA au travers d'un trust aux Etats-Unis. Deux personnes auraient été arrêtées à Genève.

La plainte déposée le 6 mars, que l'ats a pu consulter, vise plusieurs dizaines d'entreprises dans le monde. Elle cible en particulier la société panaméenne Helsinge, qui dispose d'une succursale à Genève depuis récemment, pour pillage des ressources de la compagnie publique vénézuélienne et corruption d'employés vénézuéliens. Des données auraient été obtenues et revendues.

Sont notamment considérés comme co-conspirateurs le géant du négoce de matières premières genevois Vitol, Trafigura, établi à Singapour et Genève, et le zougois Glencore. PDVSA affirme que ces sociétés ont contribué à fixer les prix et éliminer la concurrence dans l'achat et la vente de ses produits. La société estime le préjudice à 5,2 milliards de dollars (environ 4,9 milliards de francs).

Procédure ouverte à Genève

Cité mardi par Le Temps, le Ministère public genevois affirme «avoir ouvert une procédure pénale contre certains des animateurs d'une société de trading basée à Genève et soupçonnés de corruption d'agents publics étrangers et blanchiment d'argent». Selon des sources concordantes, deux cadres vénézuéliens d'Helsinge ont été arrêtés à Genève.

Le Temps ajoute que l'un d'entre eux a été relâché. Le quotidien genevois précise aussi que les sociétés visées n'ont pas souhaité s'exprimer sur cette affaire. L'avocat d'Helsinge, Jean-Marc Carnicé, a dit à l'ats que la société «conteste avoir commis une quelconque infraction». Dans Le Temps, il s'étonne de la rapidité de la procédure du Ministère public à Genève. «Les investigations n'en sont qu'à leurs débuts», affirme-t-il également à l'ats.

(nxp/ats)