Genève

14 septembre 2017 19:27; Act: 15.09.2017 08:11 Print

Des funambules sur les rivières genevoises

Le succès de la slackline engendre des pratiques de plus en plus impressionnantes.

storybild

La slackline est une sangle plate sur laquelle il s'agit de marcher en équilibre, voire de faire des figures pour les plus doués. (Photo: Keystone/Andreas Arnold)

Une faute?

Jeudi après-midi, au pont de Carouge, les passants se sont peu à peu agglutinés autour des balustrades jusqu'à former un petit attroupement. Et pour cause, quelques mètres au-dessus des eaux boueuses et froides de l'Arve, un groupe de jeunes gens avait tendu une sangle plate, aussi appelée slackline, entre les deux rives.

Assurés directement sur la sangle, les adeptes de cette activité ont passé des heures à tenter de relier les deux extrémités, soit quelques dizaines de mètres, à la manière des funambules

Parcs et rivières

A l'origine de cette initiative, l'Association slackline Genève tend ses sangles dans toutes sortes de lieux depuis 2012. Mais les spots les plus impressionnants restent les rivières, notamment le Rhône, très prisé durant la belle saison.

«Nous avons été assez actifs cet été», nous confirme un de ses membres. «Notre groupe a par ailleurs déjà été sollicité pour des démonstrations dans la cour du Musée d'art et d'histoire. Des initiations sont régulièrement organisées dans les maisons de quartier. L'association vise à faire connaître la pratique de la slackline.»

Un autre état d'esprit

Quelles différences entre la pratique dans les parcs, à quelques dizaines de centimètres du sol et au-dessus de rivières? «Le mental est différent, il faut se dépasser, se vider l'esprit. On n'a pas le droit au doute, quand bien même nous sommes assurés.»

Une activité à la mode

L'association a été créée en 2012, au début de l'explosion de l'activité, nous indique le jeune homme qui assure que les liens entre le groupe et les autorités municipales sont excellents: «Contrairement à Lausanne, nous sommes parfaitement tolérés à Genève. Nous avons de nombreux contacts avec la Ville.»

Dès la rentrée, l'Université de Genève proposera un cours de slackline à ses étudiants.

La police cantonale indique n'avoir jamais eu à intervenir pour cette activité. «C'est un sport nouveau, il n'y a pas encore de loi», précise Silvain Guillaume-Gentil. Le porte-parole enjoint par ailleurs les pratiquants à prendre toutes les précautions nécessaires à assurer leur sécurité.


(mpo)