Vernier (GE)

04 septembre 2014 22:05; Act: 05.09.2014 11:21 Print

Ecoliers privés de bus pour une brouille de 400m

par Jérôme Faas - Le MCG s’apprête à faire un don de 6500 fr. à la commune dans l’espoir de dénouer un blocage ubuesque.

Sur ce sujet
Une faute?

Au milieu sont piégés des bambins. Autour s’agitent des politiques. Ni l’Etat, ni la commune ne veulent payer le bus permettant aux élèves de l’école de Châtelaine d’aller à leur leçon de piscine. La facture de 6500 fr. est risible, mais le Canton comme la majorité des élus municipaux en font une affaire de principe.

Excédé, le MCG a trouvé un sponsor mercredi. Et son élu Thierry Cerutti promet de mettre de sa poche la première mensualité: «Sur le fond, Vernier a raison. L’Etat doit payer. Mais mener avec lui un bras-de-fer en prenant les enfants en otage est inacceptable!»

Depuis la rentrée, le Canton refuse de financer les trajets inférieurs à 1,5 km. Vernier conteste, jurant que la distance entre l’école et le bassin atteint 1,9 km; et qu’à pied, les petits mettent 30 minutes à la parcourir, «soit 72 heures de cours perdus par an, calcule Yvan Rochat, conseiller administratif Vert. C’est ça qui est écœurant, alors qu’il s’agit d’une école en REP, censée bénéficier de moyens renforcés.»

Mais pourquoi la majorité PS-Verts-PLR a-t-elle refusé mardi une résolution du MCG proposant que la commune régale jusqu’à ce qu’émerge une issue? Pour réaffirmer les devoirs de l’Etat et ne pas ouvrir la boîte de Pandore. «Sinon, après, pourquoi paierait-il les crayons?», interroge Denis Chiaradonna (PS). La donation du MCG à la commune irrite donc Yvan Rochat. «C’est de l’achat de voix.» Il l’acceptera, mais elle ne résout rien, dit-il. «Je n’ai pas le droit de l’affecter. L’accord du Municipal est indispensable.»