Genève

27 avril 2018 10:32; Act: 27.04.2018 10:35 Print

Etat laïque et religion: le canton a fait ses choix

La Loi sur la laïcité a été adoptée par le Grand Conseil. Elle réglemente notamment le port de signes religieux.

storybild

(Photo: Keystone/Laurent Gillieron)

Une faute?

Des mois de préparation, des heures de débat, et au final, un vote positif. Jeudi soir, par 63 oui (droite), 25 non (gauche) et 3 abstentions, les députés genevois ont adopté la Loi sur la laïcité, qui précise les obligations de l'Etat et des religions.

La nouvelle législation pose comme principe la neutralité religieuse. Conséquences: les élus, cantonaux ou communaux, ne peuvent pas afficher de signes religieux extérieurs lorsqu'ils siègent. Pareille disposition est aussi valable pour les fonctionnaires, lorsque dans l'exercice de leur fonction, ils sont en contact avec le public. Pour le Conseil d'Etat et les conseillers administratifs, la règle est permanente. En clair, elle s'applique aux membres des exécutifs également en dehors des séances.

Autres dispositions: les usagers devront avoir le visage découvert dans les locaux publics. Les manifestations religieuses, sauf exception, devront avoir lieu sur le domaine privé. En cas de troubles graves, le Conseil d'Etat a la possibilité de restreindre, voire d'interdire, temporairement le port de signes religieux ostentatoires, comme l'explique la «Tribune de Genève». Enfin, la contribution religieuse volontaire, prélevée par l'Etat aux frais des Eglises, ne concerne plus seulement les institutions protestantes et catholiques mais toutes les religions, pour autant qu'elles se soumettent à une série de conditions, dont l'examen de leurs comptes.

La Loi sur la laïcité garantit et protège la liberté de conscience, de croyance mais aussi de non-croyance.

(dra)