Genève

17 août 2017 09:01; Act: 17.08.2017 09:40 Print

Gardiens condamnés à une amende de 650 francs

Treize employés de la prison de Champ-Dollon ont été sanctionnés. Ils avaient manifesté leur soutien à leur directeur sur le départ.

storybild

Les gardiens avaient brandi des pancartes devant l'entrée de la prison, avec les mentions "L'OCD m'a tuer" ou "Je suis Constantin". (Photo: Keystone/Salvatore di Nolfi)

Sur ce sujet
Une faute?

Le 4 février dernier, une soixantaine de gardiens, en civil, avaient exprimé leur mécontentement devant la prison de Champ-Dollon. Raison de leur courroux: le départ de leur directeur Constantin Franziskakis, intervenu sur fond de tension avec l'office cantonal de la détention et son patron, Philippe Bertschy. Le service des contraventions a infligé à treize d'entre eux une amende de 500 francs, auxquels s'ajoutent 150 francs d'émolument, rapportent «Le Matin» et la «Tribune de Genève». Il estime qu'ils ont contrevenu à la loi sur les manifestations en ne sollicitant pas d'autorisation.

L'avocat des gardiens, Me Robert Assaël, a fait opposition aux bûches. Il considère qu'il n'y a pas eu de manifestation, mais« une rencontre spontanée et bon enfant, sans organisation préalable», confie-t-il au quotidien orange. Pour lui, cette punition «injuste» aura pour principal effet de démotiver les gardiens. La procédure disciplinaire initiée par le Département de la sécurité a quant à elle été close sans suites début août.

(jef)