Mobilité

30 janvier 2018 14:47; Act: 30.01.2018 17:17 Print

Genève imagine son avenir ferroviaire 2050

Le Canton a réalisé des ébauches de réseau ferroviaire pour 2050. Le prix des infrastructures est évalué entre 1,5 et 2,2 milliards de francs.

storybild

Les liaisons ferroviaires projetées pour 2050 relieront des quartiers voués à densification. (Photo: Keystone/Salvatore di Nolfi)

Sur ce sujet
Une faute?

Qui ne tente rien n'a rien. C'est sans doute fort de cette maxime que Genève pense déjà à ses lignes de chemin de fer à l'horizon 2050. Après le CEVA, en phase de construction finale, le Canton imagine les développements souhaitables afin de rattraper son retard en la matière. C'est tout du moins ce qu'a écrit le Conseil d'Etat à la conseillère fédérale Doris Leuthard, le 20 décembre dernier. A cette missive, il a annexé un «concept d’offre 2050». «Ces documents décrivent comment le Canton veut assurer la desserte des zones de son territoire en fonction des développements qui y sont prévus en termes d’emploi et d’habitat.»

Deux tronçons à construire

Concrètement, le gouvernement entend promouvoir le tracé reliant «Bernex à la Zimeysa via les Cherpines, Lancy Pont-Rouge, Cornavin, la place des Nations et l’aéroport», révèle la «Tribune de Genève». Pour ce faire, il faudrait bâtir «deux nouveaux tronçons souterrains se raccordant au réseau existant».

Il s'agit pour le Canton de développer des projets afin qu'ils soient considérés comme suffisamment avancés pour que la Confédération mette la main au porte-monnaie. Dans cette optique, il s'agit d'opérer «un lobbying intense pour anticiper la suite».

En phase avec l'urbanisme

Le tracé envisagé suit les projets de développement urbanistiques à l'horizon 2050. Des milliers de logements et d'emplois sont prévus dans ces zones. D'où, selon le Canton, les besoins en infrastructures ferroviaires.

Quant aux financements de ces lignes, une première estimation oscille entre 1,5 milliards de francs et 2,2 milliards de francs.

(mpo)