Genève

12 octobre 2017 14:23; Act: 12.10.2017 14:42 Print

Haro sur les routes projetées par le Canton

par Maria Pineiro - Les opposants aux tracés routiers prévus par l'Etat au pied du Salève jugent le projet totalement anachronique.

storybild

Pour les opposants, les futures routes prévues au pied du Salève ne résoudront par les embouteillages. (Photo: Keystone/Salvatore di Nolfi)

Sur ce sujet
Une faute?

«Qui sème des routes récolte des bouchons!» a illustré jeudi matin Mario Rodriguez, conseiller municipal écologiste de Plan-les-Ouates. Les associations de protection de l'environnement et de promotion de la mobilité douce se sont associées à des élus des communes de Lancy et Plan-les-Ouates ainsi qu'à des riverains pour affirmer leur opposition à la construction des routes du Barreau Sud.

Pour rappel, le Grand Conseil sera bientôt saisi d'une demande de crédit pour la construction des liaisons entre la route de Saconnex-d'Arve et la route d'Annecy, ainsi que cette dernière et la route de Pierre-Grand. La facture cantonale s'élève à 87,1 millions de francs à laquelle il faut ajouter 35 millions pour la construction d'un complément de la jonction autoroutière de Lancy-Sud.

Anachronique

Pour Lisa Mazzone, présidente de l'ATE Genève, ce projet est digne «des années '80 et ne tient absolument pas compte de l'urgence climatique et de la nécessité de diminuer les gaz à effet de serre». La coalition s'oppose au «principe même de construction d'un nouvel ouvrage routier quel qu'il soit», comme l'a rappelé Thibault Schneeberger, secrétaire d'Actif trafic.

Les associations estiment que ce projet ne constitue «pas une route d'évitement de villages mais une nouvelle pénétrante en direction d'un centre-ville déjà saturé». Prenant le contre-pied du gouvernement qui espère désengorger le secteur, elles estiment que ces futurs tracés feront appel d'air pour de nouvelles voitures, annulant ainsi tout gain de fluidité.

Destruction de biotopes

Les défenseurs de la nature ont tenu à relever que le pied du Salève était constitué de sites d'importance nationale et cantonale pour la préservation des espèces.

Jean-Pascal Gillig a notamment insisté sur le nant de la Bistoquette. «Renaturé en compensation à la construction de l'autoroute de contournement, il serait détruit et devrait à nouveau être compensé dans un autre secteur. C'est un non-sens.»

Les futures routes couperont également des corridors biologiques d'importance dans un territoire jusqu'à présent non morcelé.

Discussion demandée

Les élus des communes de Lancy et Plan-les-Ouates ont pour leur part déploré le manque de concertation. «On ne nous a jamais demandé de nous prononcer sur le principe d'une route. L'Etat est venu avec des variantes et il a simplement demandé à ce que nous choisissions», a tonné Nicolas Clémence, conseiller municipal socialiste à Lancy. Un manque de communication également reproché par les associations.

Ecologistes, partisans de la mobilité douce, élus et riverains ont affirmé avec conviction qu'ils s'opposeraient par tous les moyens à ces futures routes que ce soit par la voie juridique ou par référendum. La coalition exige que soient étudiées de vraies alternatives, comme des lignes de bus ou de connexion avec le futur Léman express.

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Raaalalala le 12.10.2017 15:32 Report dénoncer ce commentaire

    Je m'en veux...

    dès que Lisa Mazzone dit qq'chose je n'écoute même plus :(

  • Hulgard De Laburre le 12.10.2017 15:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Rien faire à part brasser de lair

    De toute façons Lisa Mazzone a part brasser de lair et des paroles en lair, elle ne sait rien faire dautre. Si pardon javais oublié elle sait juste mettre tous les usagers de la route les uns contre les autres. En voulant bannir tout ce qui a un moteur, Mais il ne faut pas oublier que nous sommes dans lAire moderne et que chacun libre de son moyen de transport

  • Anonyme le 12.10.2017 17:04 Report dénoncer ce commentaire

    Pauvre gauche

    La gauche veut toujours plus de monde en Suisse, mais refuse de nouvelles infrastructures. Faudrait savoir! De plus, quand les voitures seront éléctriques, ils obligeront tout le monde à prendre le train? La solution est simple, arrêtez de faire des mégapoles où tout le monde doit s'y rendre pour y travailler.

Les derniers commentaires

  • Sébastien D. le 15.10.2017 13:33 Report dénoncer ce commentaire

    Autre proposition intelligente et écolo:

    Et pourquoi ne pas construire un nouveau télécabine sur le trajet suivant; Futur P+R de Pierre-Grand avec future halte ferroviaire en France sur la Commune de Collonges-Sous-Salève - Saconnex-d'Arve-Dessus + Dessous - La Chapelle-Les Sciers - Futur P+R du Bachet-de-Pesay - Stade et Centre Commercial de La Praille - P+R de l'Etoile et Gare de Genève-Lancy-Pont-Rouge - Bois-de-La-Bâtie - Futur Parc de La Pointe de la Jonction - Saint-Jean. Cela évitera de développer de nouvelles routes + tunnels et de détruire des zones protégées.

    • Sebcestbien le 15.10.2017 22:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Sébastien D.

      Et un vaisseau spatiale ... mais non la téléportation ...

  • NicLo le 13.10.2017 11:11 Report dénoncer ce commentaire

    Logique or not logique

    Quand on voit que la politique actuelle est basé sur la restriction des centres urbains à la circulation, je ne comprend pas qu'on veuille encore facilité l'entrée! Si de plus il s'agit d'aider des pendulaires (tout seul dans leur bagnole) pour les encourager à venir en voiture, je dis non! Si on veut désengorgé les villages périphérique, il faut au contraire les rentre moins praticable pour obliger les pendulaire à prendre les axes routiers principal! On veut quoi au final? Des villages qui respirent et des pendulaires qui prennent les transports publiques!

  • Claire Dechêne le 13.10.2017 09:23 Report dénoncer ce commentaire

    Mais qui veut passer par le centre ?

    L'appel d'air pour le centre...Idéologie des années 80,on voudrait bien ne pas avoir à y passer au centre... mais curieusement Genève et sa région sont coupées par un fleuve et un lac qui obligent en grande partie à passer par le centre! parce que le grand Genève est loin de posséder l'infrastructure nécessaire Alors à quand des projets qui permettent de contourner le centre et de le faire revivre ? Parkings d'accueil, 3 voies sur l'autoroute de contournement, traversée du lac, organisation du "carpooling" ? Stop à l'immobilisme

  • ouioui le 13.10.2017 00:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    vert pomme

    elle n'a rien compris. les véhicules individuels seront propres dans un avenir proche. laissons à l'individu le choix de ne pas utiliser les transports à bestiaux.

    • Andrew le 14.10.2017 08:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @ouioui

      Certes, les véhicules seront propres. Mais ils continueront à utiliser un espace gigantesque. Aller "avec" la voiture, lui donner des facilités c'est aller contre le bon sens de l'histoire. Nous n'avons plus le choix; pour les générations futures il faut d'autres solutions que la voiture ( même propre) et son cortège d'obligations en mstière de prise au sol

  • Citoyen Genevois le 12.10.2017 23:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Votons oui

    D'accord pour un vote, la réponse cantonale sera oui. Les écologistes représentent max. 15 % de forces politiques donc même pas peur.