Genève

13 mars 2018 15:25; Act: 14.03.2018 07:40 Print

Ignoré, le Groupe égalité des socialistes se fâche

La parti socialiste a élaboré plusieurs textes pour réaliser l'égalité sans consulter son groupe interne. La présidente démissionne.

storybild

La présidente du Groupe égalité du Parti socialiste a démissionné. (Photo: Keystone/Salvatore di Nolfi)

Une faute?

La présidente du Groupe égalité du Parti socialiste genevois n'a manifestement pas apprécié les quatre textes présentés par la gauche le 8 mars pour lutter contre les inégalités salariales. Et pour cause, la «Tribune de Genève» révèle que l'entité chargée de ces questions n'a été ni consultée, ni invitée à la conférence de presse.

Aurélie Friedli a donc démissionné de la présidence du Groupe égalité le jour même avec fracas. Elle a en effet envoyé les raisons de son désistement à un nombre important de personnes à l'interne.

«Le PS dépose des motions ainsi qu’un projet de loi pour l’égalité salariale et ne trouve pas opportun de demander la position et/ou l’opinion du Groupe égalité ou tout simplement de l’informer, accuse la jeune femme. Dès lors, je ne comprends pas l’utilité de ce groupe. Je ne cautionne pas le fait qu’il ne soit qu’un faire-valoir. Je ne cautionne pas le fait que le PS présente une liste ne respectant pas le quota de 40% du sexe le moins représenté, tel que prévu par les statuts. Enfin, je ne cautionne pas la prise de décisions en vase clos du Comité directeur (…). Je ne me retrouve pas dans la manière actuelle de fonctionner de notre parti. Alors je pars.»

Carole-Anne Kast, présidente du parti, n'a pas souhaité commenté ce qu'elle a qualifié d'affaire interne.

(mpo)