Genève

21 février 2013 22:07; Act: 21.02.2013 22:13 Print

Il tombe devant les HUG, on appelle l’ambulance

Un homme s’est effondré devant l’entrée des urgences des HUG. Les infirmiers n’ont pu intervenir: l’individu était hors des limites de l’hôpital.

storybild

Une personne a été victime d'un malaise devant les HUG. (Source: lecteur reporter)

Une faute?

«Inadmissible!» Pour ce témoin, il n’y a pas d’autre mot pour décrire ce qu’il a observé sur le parvis de l’hôpital cantonal (HUG). Mardi après-midi, il a vu «un homme d’un certain âge» s’effondrer à un mètre de l’entrée des urgences. «Des gens lui ont porté secours, mais personne n’est sorti des HUG avec un brancard pour le prendre en charge. Après une dizaine de minutes, c’est une ambulance qui l’a embarqué pour qu’il soit admis... aux urgences. C’est incompré­hensible!» s’insurge-t-il.

Etonnamment, il s’agit de la procédure habituelle. Depuis 2004, le périmètre des HUG est strictement défini et s’arrête au niveau de la porte d’entrée. Le personnel n’est pas habilité à intervenir en dehors de ce territoire. «Les ambulanciers sont mieux équipés et sont familiers avec les procédures d’intervention sur le domaine public», argue le Dr Marc Niquille, chef de la bri¬gade sanitaire des HUG.

Côté finances, cette opération est nulle pour le patient. «Ce dernier ne recevra pas de facture d’ambulance pour un déplacement aussi proche de l’hôpital», confirme une société de secours.

(tpi/rle)