Genève

19 juin 2015 09:58; Act: 19.06.2015 11:44 Print

La «Genferei» 2015 décernée à Eric Stauffer

Le bouillonnant député MCG a été plébiscité jeudi soir par la presse pour «l'ensemble de son oeuvre», lors d'une cérémonie festive qui récompense la meilleure «genevoiserie» de l'année.

storybild

Eric Stauffer est connu pour ses éclats dans l'hémicycle. (Photo: Keystone/Salvatore di Nolfi)

Sur ce sujet
Une faute?

La «Genferei» d'Eric Stauffer a été défendue dans un sketch audacieux par Marie Prieur, journaliste de la «Tribune de Genève». Cette spécialiste du Grand Genève a réussi à démontrer que le député MCG incarnait à lui tout seul les valeurs de la «Genferei».

Jet de verre d'eau, altercation virile, expulsion manu militari du Grand Conseil, affiches provocatrices, propositions-chocs: les hauts faits du député ont largement rayonné au-delà de Genève. Ces arguments lui ont permis de surpasser les trois autres concurrents à la Genferei 2015.

La grande épopée du Stade de Genève, le carnotzet secret des HUG et le scandale sur l'attribution des logements à Carouge étaient en compétition cette année. La quarantaine de journalistes réunis jeudi soir ont voté à bulletin secret.

Valeur artistique

Le canton de Genève est connu pour son jet d'eau, mais aussi pour sa capacité de produire des affaires retentissantes qui frisent le ridicule. Ces «Genfereien» s'apparentent à des projets si mal ficelés qu'ils se démontent d'eux-mêmes tout en coûtant très cher.

Elles impliquent souvent plusieurs autorités et sont lourdes de conséquences imprévues. La gaffe n'est jamais très loin. Enfin, le rayonnement au-delà des frontières est crucial de même que la touche artistique de ses protagonistes.

Un marronnier fou

Le prix sera remis mardi à Eric Stauffer. Il recevra une feuille dorée du marronnier fou de la Treille. Cet arbre refuse de rentrer dans le rang en devançant régulièrement le marronnier officiel dont l'éclosion de la première feuille annonce l'arrivée du printemps.

Les précédentes éditions de la Genferei d'or avaient consacré les SIG pour leur brassage d'air à prix d'or, la guerre aquatique à la Cour des comptes, la gabegie du nouveau réseau TPG et le couac protocolaire genevois aux obsèques de Mgr Genoud.

(ats)