Genève

14 mars 2018 11:59; Act: 14.03.2018 13:45 Print

Le médecin de la clinique Corela exerce toujours

Malgré l'interdiction d'exploiter signifiée à l'établissement, son praticien répondant peut toujours officier comme médecin.

storybild

Le canton de Geneve a retiré pour trois mois l'autorisation d'exploiter à la Clinique Corela SA, récemment renommée MedLex SA. (Photo: Keystone/Salvatore di Nolfi)

Sur ce sujet
Une faute?

La clinique Corela, désormais renommée Medlex Sa, épinglée pour avoir modifié des rapports d'expertise et employé des médecins sans autorisation de pratiquer, a été interdite d'exploitation pour une durée de trois mois.

Cette sanction ne touche aucunement le médecin à la tête de l'institution. Malgré le fait qu'il est visé par une plainte pénale, le docteur peut encore exercer. Pourtant, il a été radié de l'Association des médecins genevois (AMG) en 2006, révèle la «Tribune de Genève». Un droit qu'il conserve, car l'autorisation de pratiquer est délivrée par l'Etat. Par ailleurs, le médecin a été averti par l'Etat en 2008. «Puis, la procédure administrative ouverte par la Commission de surveillance des professions de la santé a abouti en 2015 à une interdiction temporaire d’exploiter pour l’établissement seulement.»

Recours jusqu'au Tribunal fédéral

Le Département de la santé explique que «les plaintes étaient dirigées contre la clinique». Quant à un retrait du droit de pratique? Il indique que c'est l'ultime recours. «Or, à chaque étape précédente, comme l’avertissement, il y a eu recours jusqu’au Tribunal fédéral.»

Une situation qui fait bondir Bertrand Buchs, vice-président de la Commission de la santé du Grand Conseil. Il pointe la responsabilité du Département. Ce dernier assure que «d'autres démarches seront faites, dans le strict respect des procédures».

(mpo)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Grrrr le 14.03.2018 13:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Scandale

    Mais donnez son nom pour qu on sache qu il ne faut pas le consulter ce medecin! Vu que les autorités sont d une mollesse!

  • Jen Crois Pas Mes Yeux le 14.03.2018 15:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les vautours agissent toujours

    Une victime de la dite Corela envoyée pour une expertise, dune renommée assurance ( swica ) + Ai )jen suies sortie complètement dégoûtée humiliée rabaissée, et en plus un faux diagnostic car par la suite jai subies une opération,

  • Rp.Bananière le 14.03.2018 13:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Au dessous de tout soubson

    Et oui ça arrive en Suisse aussi.

Les derniers commentaires

  • Percez le bouton le 15.03.2018 13:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Molesse helvétique contre l'establishment

    A qui profite le crime ? Pourquoi et pour qui tout refuser alors que pathologie il y a ? Quel intérêt ? C'est la question essentielle que devra se poser et résoudre le Ministère public . Des assurances privées, voire publiques ont -elles soudoyé financièrement des Dr. de cet organisme pour rendre des avis négatifs dans le seul but de ne point payer ? C'est une question légitime et non une accusation qui mérite des investigations poussées et musclées de la part des Autorités, style "Nacht und Nebel Kontrolle" et rapidement. Il y a Carpostal, Corela et le Collège de Saussure sur la sellette tout ça en même temps. Et qui d'autre encore ? La confiance des citoyens en leurs institutions est lézardée à jamais.

  • Jen Crois Pas Mes Yeux le 15.03.2018 11:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    En vase clos

    Ils seraient juste que les personnes qui sont passées entre leurs mains soient indemnisées, trop facile de salir la réputation, sans en payer les conséquences, est jen veux à nos dirigeants trop laxistes, cette situation était connue de certaines assurances perte de gains aussi, jaime mon pays mais franchement ils y a trop dabus

  • Victime le 15.03.2018 11:35 Report dénoncer ce commentaire

    Lui

    Le docteur Baleydier si jamais.

  • Ben Ben le 15.03.2018 01:20 Report dénoncer ce commentaire

    Un traitement inhumain

    Malheureusement, afin de faire de l'argent de poche pendant mes études universitaires j'ai dû assister à quelques séances d'expertise en tant qu'interprète dans cette clinique pourrie. Je peux donc confirmer que les créatures qui travaillent là-bas n'ont aucune trace d'humanité, ils insultaient les patients lors des consultations, les traitaient des menteurs. J'ai même dû écrire un rapport en faveur d'une patiente comme quoi elle était maltraitée par le médecin. Je suis content que leurs vrais visages soit découverts. J'aimerais que la justice donne la punition la plus sévère pour ces créature

    • bleuroi le 15.03.2018 09:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Ben Ben

      bravo véridique !!

  • Stéto le 14.03.2018 20:37 Report dénoncer ce commentaire

    Dureréalité genevoise

    Scandaleux...inadmissible...intolérant. Dire qu'il faut un CV complet avec diplômes de compétences et non de complaisances...des années de compétences avec de vrais références et non que des dates couchées sur du papier etc...etc... Radiation immédiate de ce pseudo docteur et un remaniement sérieux auprès des RH de cette clinique qui pour ma part ne reflète que de l'incompétence. On demande bien plus aux aides-soignants...et surtout d'être frontaliers et n'en déplaise à certains. Beaux parleurs de députés ayez une réflexion honnête et réagissez...Ouf bientôt les élections...enfin bref