Genève

14 septembre 2016 18:28; Act: 14.09.2016 19:46 Print

Le spectre du cambriolage s’éloigne du bout du lac

par Julien Culet - Le nombre de logements visités est en forte baisse à Genève. Des vols qui ne sont désormais plus une priorité pour l’Etat.

storybild

Les Genevois protègent mieux leur logement contre les malfrats. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Autrefois un problème majeur pour Genève, les cambriolages ont diminué de 38% depuis 2011. Des chiffres qui poussent le Canton à relâcher la bride. Le ministre de la sécurité Pierre Maudet et le procureur général Olivier Jornot ont présenté hier leur politique commune de lutte contre la criminalité pour la période 2016-2018, composée de sept axes prioritaires (encadré). La lutte contre les cambrioleurs n’en fait désormais plus partie.

Le conseiller d’Etat explique l’embellie par des campagnes de prévention qui ont porté leurs fruits. En 2011, un tiers des cambriolages étaient commis sans effraction. «Les voleurs n’avaient qu’à pousser une fenêtre ou une porte pour entrer», illustre Pierre Maudet. Aujourd'hui, c'est moins le cas. Du côté répressif, l’ADN des malfaiteurs a notamment été plus souvent relevé pour pouvoir les confondre. «Il s’agit généralement de bandes qui commettent une dizaine de vols, il est donc important de les stopper», poursuit le ministre.

La commandante de la police Monica Bonfanti indique également qu’un effort conséquent a été mené pour résoudre les tentatives d’effraction. Les particuliers visés sont ainsi appelés à se rendre dans un commissariat pour recevoir des conseils afin de sécuriser leur domicile. «Car un essai manqué peut être réussi la fois d’après», souligne-t-elle.

Enfin, que les Vaudois se rassurent. Les cambrioleurs n’ont pas fui de l’autre côté de la Versoix. A Lausanne, la police cantonale précise que les vols avec effraction ont baissé de 35% en 2015.