Genève

31 octobre 2017 12:21; Act: 31.10.2017 13:37 Print

Pacte anti deal, bruit et délinquance de la route

par Julien Culet - Ville de Genève et Canton ont défini ce mardi trois axes pour coordonner les actions de leurs polices.

Une faute?

Forts d'un bilan qu'ils estiment positifs, la Ville et le Canton de Genève ont renouvelé mardi leur contrat local de sécurité. Celui-ci doit permettre aux polices cantonales et municipales de mieux coordonner leur action. «Ce texte est extrêmement important et évite à chacun de se marcher sur les pieds en matière de sécurité de proximité, a expliqué le conseiller d'Etat chargé de la sécurité Pierre Maudet. Il garantit un ancrage fort de la police municipale.»

Dealers combattus

Trois axes ont été définis pour ces douze prochains mois. Le premier est la lutte contre la délinquance de rue. Un effort tout particulier sera mis sur la question du deal. «Nous constatons une certaine augmentation ces derniers mois. Nous voulons remettre un coup de pression sur l'occupation du terrain», indique le ministre de la sécurité. L'enjeu est aussi de s'adapter aux mutations du trafic. Les dealers se sont en effet généralisés et ont tendance à vendre de multiples substances.

Limiter le bruit des bars et des fêtards

Le second axe est celui de la lutte contre les nuisances sonores. Elles peuvent être le fait des établissements publics ou d'individus. «Les policiers municipaux (APM) vont discuter avec les tenanciers pour les sensibiliser. Il s'agit d'avoir des bistrots ouverts mais qui permettent aux habitants de dormir», estime Guillaume Barazzone, magistrat de la Ville en charge du Département de la sécurité. Ils vont aussi agir sur les fêtards avinés et agités ainsi que sur les attroupements, dans les préaux notamment.

Prévenir les dangers de la route

Enfin, l'accent sera également mis sur la prévention et la lutte contre les infractions à la loi sur la circulation routière. Les polices cantonales et municipales mettent en place des opérations communes. «Celles-ci se déroulent tout particulièrement aux abords des écoles. Nous voulons protéger les usagers vulnérables et punir ceux qui sont dangereux», explique Guillaume Barazzone. Des actions visant les scooters et les vélos électriques ont notamment été mises en place.

Les contrats locaux de sécurité entre la police cantonale et les différentes polices municipales de Genève ont été créés en 2013. Aujourd'hui, six communes ont conclu un tel pacte avec l'Etat. Thônex doit être la septième à le parapher en décembre.