Genève/France

12 octobre 2016 15:56; Act: 12.10.2016 17:53 Print

Pétition lancée contre la fermeture des douanes

Un texte, qui s'oppose à un projet de limiter le transit automobile à certaines douanes, demande que Genève revoie sa position.

storybild

Le trafic est très important chaque matin à la douane de Bardonnex. (Photo: dra)

Sur ce sujet
Une faute?

Le Groupement transfrontalier européen (GTE) passe à la vitesse supérieure dans son opposition au projet de tests du Conseil d'Etat de prolonger la fermeture de petites douanes, le matin. L'association a lancé ce mercredi après-midi sur son site une pétition qui demande au Canton de renoncer à retarder de 6h à 8h30 l'ouverture des postes de Soral 2, Sezegnin, Certoux et Chancy.

Les auteurs du texte espèrent d'ici la fin de l'année récolter 5000 signatures «tant auprès des frontaliers suisses que français», précise Fabrice Radigon, chargé des transports au GTE. La pétition, qui devrait aussi être distribuée par flyers aux douanes notamment, sera ensuite remise au conseiller d'Etat genevois Luc Barthassat, chargé des transports. «C'est une première étape, avertit Fabrice Radigon. D'autres actions, encore à définir, pourraient voir le jour».

Bouchons en vue?

Selon le GTE, les tests imaginés par le Canton «visent tout simplement à barrer la route à 8000 frontaliers se rendant quotidiennement sur leurs lieux de travail». Le Groupement estime en outre que la mesure va reporter le trafic sur certaines douanes comme Bardonnex, déjà surchargées le matin.

Traiter la problématique des transports d’une façon aussi cavalière, «c’est faire preuve d’un manque total de respect et d’un mépris pour tous les transfrontaliers, français et suisses, qui chaque jour perdent des heures dans les transports pour que l’économie genevoise continue à prospérer», s'indignent les auteurs de la pétition.

«De l'huile sur le feu»

Pour le conseiller d’Etat chargé des transports Luc Barthassat, «ce n’est pas très malin. Le GTE jette de l’huile sur le feu alors que la première séance du groupe de travail franco-suisse constitué sur ce dossier siégera dès la semaine prochaine. Il faut laisser les choses se mettre en place sereinement.»

Plusieurs personnalités politiques françaises ont récemment indiqué privilégier la voie du dialogue pour aborder la question de la fermeture prolongée de certaines douanes.

(dra)