Genève

04 juillet 2017 20:46; Act: 04.07.2017 20:46 Print

Des élus veulent supprimer la publicité de nos rues

par Julien Culet - La gauche de la Ville souhaite réserver les réclames aux seuls acteurs culturels et associatifs. La proposition fait tiquer.

storybild

En janvier, la population avait spontanément dessiné sur plusieurs panneaux vierges. (Photo: Keystone/Salvatore di Nolfi)

Sur ce sujet
Une faute?

L’affichage commercial va-t-il déserter les rues de la ville de Genève? Le chemin est long mais la question est lancée par des associations et des élus de gauche. Ils ont présenté mardi une initiative municipale pour supprimer une grande partie des panneaux publicitaires. Les seuls restant seraient dévolus au monde associatif, aux événements culturels et aux citoyens, qui pourraient s’exprimer librement. Cette dernière proposition fait suite aux quelques jours, en début d’année, durant lesquels les emplacements publicitaires genevois avaient été laissés vierges à cause d’un changement de mandataire.

«Sur internet, on peut installer des logiciels pour bloquer la pub mais, dans la rue, on ne peut pas y échapper», critique le municipal socialiste Emmanuel Deonna. Pour la Ville, la perte s’élèverait à plus de 3 millions de francs. «Le montant est insignifiant au vu de l’enjeu. Ces panneaux cachent le paysage et l’architecture, estime le Vert Jean Rossiaud. La démarche est de libérer l’espace public de la pollution visuelle et de poser des questions de consommation.» Grenoble (F) ou encore Sao Paulo ont déjà supprimé l’affichage publicitaire.

A droite, la proposition laisse perplexe. «Où va-t-on trouver l’argent? demande l’élu PLR Adrien Genecand. La pollution visuelle est la même quelle que soit l’affiche. Le seul intérêt des initiants est de redistribuer à ceux qu’ils préfèrent. C’est du pipeau.» Contacté, le conseiller administratif en charge du dossier Guillaume Barazzone n’a pas retourné nos appels.