Genève

10 juin 2016 07:00; Act: 10.06.2016 12:09 Print

Vidange encore trop mortelle pour les poissons

par Julien Culet - De nombreux poissons auraient péri malgré l'emploi d'une nouvelle méthode pour entretenir le Rhône. Les pêcheurs montent au créneau.

Sur ce sujet
Une faute?

«Une vidange a toujours un gros impact sur la faune. Rien qu'ici, à La Plaine, nous avons vu plus de 300 poissons tués et beaucoup d'autres sont morts en aval, en France.» A l'instar de Maxime Prevedello, secrétaire de la Fédération des sociétés de pêche genevoises, les pêcheurs amateurs du bout du lac trouvent les SIG trop optimistes sur les conséquences du récent abaissement du Rhône. Il était mené ces deux dernières semaines pour entretenir le fleuve. Les services industriels n'avaient pas attendu la fin de la manœuvre, le 31 mai, pour communiquer sur la réussite de l'opération.

«Quand trois mètres de boue descendent le fleuve, on voit que c'est brutal. Beaucoup de poissons disparaissent», rapporte Christophe Ebener, président de la Fédération. Le calendrier pose également problème d'après lui car «ces événements sont trop rapprochés. Tous les trois ou quatre ans, cela ne laisse pas assez de temps au fleuve pour se rétablir». Les pécheurs souhaiteraient aussi que l'Etat se prononce sur un entretien du Rhône sans vidange.

Les SIG indiquent avoir étudié et écarté cette possibilité. «Il s'agit d'un devoir sécuritaire de la part de l'Etat pour éviter des inondations», explique la porte-parole Véronique Tanerg. Elle confirme que, pour la régie, «l'opération s'est bien déroulée». Contrairement à 2012 (encadré), le Rhône était scruté pour éviter un surplus de sédiments susceptible d'obstruer les branchies des poissons. «Des prélèvements étaient effectués très régulièrement pour mesurer si le taux de matières en suspension ne dépassait pas les normes», précise Véronique Tanerg.

Hécatombe lors du dernier nettoyage

Il y a quatre ans, la vidange du barrage de Verbois avait provoqué la mort de dizaines de milliers de poissons. Leur population avait diminué de 75%. Abaissé totalement, le Rhône avait été asséché. Une méthode radicale mais nécessaire après neuf années sans nettoyage. «Si les crues de l'an passé s'étaient produites en 2011, les conséquences auraient été bien plus importantes», explique Véronique Tanerg. Cette année, les SIG ont essayé un abaissement partiel, sensé être moins violent pour la faune. Des poissons ont aussi été transférés dans le Léman peu avant la vidange. Un bilan définitif sera tiré dans une année.

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • L'indifférence tue le 10.06.2016 08:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et les autres?

    Les poissons sont rentables. Mais qui s'intéresse aux larves de libellules, aux batraciens, aux serpents pêcheurs, aux animaux qui vivent le long des berges et qui s'abreuvent comme les abeilles, aux micro-organismes, etc. La montée et descente des eaux fait des ravages bien au-delà de la seule ressource "poisson".

  • Reidid le 10.06.2016 08:22 Report dénoncer ce commentaire

    Bien sûr, aucun risque

    Ne pas dépasser les normes. On trouve cette phrase partout!!! Cela signifie simplement que le bilan dégât/risque économique est supportable. Rien d'écologique ou de sanitaire, ne nous faisons pas d'illusions!! On retrouve cette phrase pour les antennes-relais, pour les lignes à haute-tension, pour le nucléaire, ... Mais pour le lecteur Lambda cela signifie qu'il ne risque rien. Belle phrase marketing qui permet de cacher l'embarras de celui qui l'utilise

  • Kobalt le 10.06.2016 08:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et à part ça ?

    J'ai un peu de mal à entendre les pêcheurs réclamer ; " Épargnez les pauvres poissons pour que NOUS puissions les tuer ", ça ne me paraît pas être le summum de l'éthique et de l'écologie. Sans vouloir trop enfoncer le clou, si la population de poissons est en si mauvais état, pourquoi voyons nous encore des pêcheurs prélever leur part " parce que j'ai payé, moi, Môsieur " ? On aura en passant une pensée pour les hurlements hystériques que l'on aurait entendu de toute part si une inondation aurait survenu... Les SIG essaient de limiter les dégâts lors des vidanges, c'est louable. On doit pouvoir faire mieux encore, du moins je l'espère, mais pour cela il faut proposer, communiquer, discuter ( le dragage est-il une bonne alternative ? ), au lieu de juste réclamer, chouiner, critiquer, pleurnicher .

Les derniers commentaires

  • S.W le 10.06.2016 10:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Voilà pourquoi...

    Ouawou!!! ça chauffe vos comment. Bref... Je suis pour la faune sauvage, mais l'ouvrage du barrage est une instalation qu'il faut entretenir. Cependant... avec tout ce qui ce trouve dans le fond du court d'eau déchets la vase et autres... celà s'accumule. Prenez l'exemple d'un acquarium avec poissons... mettez du sable sans arrêt et vous verrez si les poissons son bien. Il faut faire de même avec la zone du barrage. Mais comme qqun l'a dit... on ne fait pas d'oeuf sans casser la coque.

  • Sébastien le 10.06.2016 09:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    tellement prévisible sans avoir d'expert !!!

    hahaha je vous l'avais dit c'était tellement prévisible !!!

  • Sali Sala le 10.06.2016 09:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    L'Homme

    On ne fait pas d'omelettes sans casser d'oeufs. L'homme dépend de l'électricité, on doit construire des barrages pour ne pas avoir de centrales à charbon, on doit le vidanger: les conséquences sont des dommages collatéraux. Apprenons à consommer moins, c'est déja un premier pas!

  • Elia le 10.06.2016 08:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pêche

    Tout ce que nous aurions pu pêcher... (À prendre avec humour !)

  • Kobalt le 10.06.2016 08:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et à part ça ?

    J'ai un peu de mal à entendre les pêcheurs réclamer ; " Épargnez les pauvres poissons pour que NOUS puissions les tuer ", ça ne me paraît pas être le summum de l'éthique et de l'écologie. Sans vouloir trop enfoncer le clou, si la population de poissons est en si mauvais état, pourquoi voyons nous encore des pêcheurs prélever leur part " parce que j'ai payé, moi, Môsieur " ? On aura en passant une pensée pour les hurlements hystériques que l'on aurait entendu de toute part si une inondation aurait survenu... Les SIG essaient de limiter les dégâts lors des vidanges, c'est louable. On doit pouvoir faire mieux encore, du moins je l'espère, mais pour cela il faut proposer, communiquer, discuter ( le dragage est-il une bonne alternative ? ), au lieu de juste réclamer, chouiner, critiquer, pleurnicher .