Royaume-Uni

16 juin 2015 15:55; Act: 16.06.2015 15:55 Print

Metalleux «scannés» par la police durant le festival

Grâce à des caméras espionnes, les visages de 90'000 fans ont été comparés aux photos contenues dans les fichiers d’Europol. Une première qui fait grand bruit.

storybild

Le festival s'est déroulé sous une pluie battante, le week-end dernier. (Photo: Reuters/Darren Staples)

Sur ce sujet
Une faute?

Big Brother s'invite même dans les concerts de hard rock. La police du Leicestershire (centre de l'Angleterre) a provoqué une polémique, le week-end dernier en marge du festival Download. Elle a admis avoir installé des caméras reliées à un dispositif de reconnaissance faciale à certains «endroits stratégiques» du site.

Les visages des 90'000 fans réunis à Donnington Park pour applaudir Kiss, Muse et Slipknot auraient ainsi été scannés, et leurs traits auraient été comparés aux photos contenues dans la base de données d’Europol.

Efficace et rentable

«Le logiciel nous a fourni une manière efficace et rentable de repérer des personnes recherchées… ce que des officiers auraient fait sous forme de contrôles d'identité», a expliqué un représentant des forces de l’ordre à «The Independent». Il a précisé que les images prises au festival avaient été effacées après la fin de l’événement. Officiellement, l’objectif était de faire baisser le nombre de délits sur le site. Le nombre d’incidents signalés cette année s’élevait à 91, contre 327 lors de l’édition 2007.

Traqués aussi quand ils consomment

L'expérience, une première au Royaume-Uni, a suscité un vif intérêt parmi les autres forces de police du pays. De quoi inquiéter les défenseurs du droit à la vie privée. «On tient à ce que les criminels soient arrêtés, mais on tient tout autant à ce que les innocents puissent profiter d'un festival pour lequel ils ont payé assez cher sans se sentir surveillés par la police», a commenté Renate Samson, de l'association Big Brother Watch, interrogée par la BBC.

Il n’y a pas que les caméras qui permettent de garder à l’œil les festivaliers, rappelle un expert cité par «The Independent». Le paiement par bracelet électronique, que Download a justement introduit cette année, est aussi susceptible d’identifier les spectateurs.

(arg)