«Barbie russe»

28 mai 2015 11:13; Act: 28.05.2015 13:04 Print

«Je suis enfermée dans un palais de glace»

Surnommée la «Barbie russe», Angelica Kenova n'a jamais connu l'amour. La faute à des parents surprotecteurs, dont elle rêve de se défaire.

Sur ce sujet
Une faute?

Décidément, les «Barbie humaines» ont le vent en poupe sur les réseaux sociaux. Après les Ukrainiennes Valeroa Lukyanova et Alina Kovalevskaya, la Russe Angelica Kenova fait elle aussi un carton dans son pays. Mais la jeune femme fait encore plus fort: en plus de ressembler à la célèbre poupée, elle est également traitée comme telle.

A 26 ans, Angelica vit en effet chez des parents surprotecteurs et n'a jamais connu l'amour, rapporte le «Daily Mail». «J'ai été enfermée dans un palais de glace toute ma vie, mais peut-être qu'un jour je pourrai m'échapper», confie la jeune femme. Mais d'après ses dires, ce n'est pas gagné: «Mes parents insistent pour que je vive avec eux. Je n'ai même pas le droit d'acheter des habits sans l'accord de ma mère, et elle exige d'être présente à chacun de mes rencards. Alors je n'ai jamais eu de véritable petit ami.» Les parents de la jeune femme ne voient cependant aucun inconvénient à ce que leur fille pose pour des photos dénudées.

Pas de chirurgie esthétique

Depuis sa naissance, Angelica est habillée comme une Barbie. «Ma mère aimait sa beauté fine, ses boucles d'or, son joli visage et ses beaux habits. Elle m'a inspirée et m'a poussée à être exactement pareille», raconte Angelica. Les parents de la jeune femme l'ont aidée financièrement à atteindre cet objectif.

La Russe, qui se présente comme mannequin, psychologue pour enfants et danseuse de ballet, présente les mêmes proportions surréalistes que son idole: son tour de taille n'excède pas les 50 centimètres et son poids atteint à peine les 41 kilos. Elle assure cependant s'être forgé cette apparence de poupée sans l'aide de la chirurgie esthétique. «Je conseille aux gens de sourire et de s'aimer eux-mêmes. C'est l'un des secrets de la beauté naturelle», affirme la blonde.

Elle remercie ses parents

La jeune femme est consciente que ses parents y vont un peu fort, mais elle ne le leur reproche pas. Elle les remercie plutôt de l'avoir élevée comme une Barbie et se dit heureuse d'être comparée à elle, qui est «l'idole de toutes les filles dans le monde». Suivie par un coach qui lui donne aussi des conseils en nutrition, la Russe pratique deux à trois heures d'entraînement, cinq fois par semaine.

Angelica espère devenir un jour Playmate. Et elle ne perd pas espoir de trouver, un jour, son prince charmant. «J'attends le grand amour. Je n'aime pas les garçons mielleux et mignons. Je préfère les hommes bruts, dont les yeux reflètent la force et la fierté», conclut la jeune femme.

(joc)