Etats-Unis

21 janvier 2013 08:23; Act: 21.01.2013 10:09 Print

Bienvenue aux soirées «foetus»

par Jean-Vincent Russo/New York - Et si on faisait une soirée... échographie prénatale! Idée saugrenue ou trouvaille géniale? Les autorités sanitaires dénoncent cette pratique.

storybild

Les soirées «échographie» marchent surtout sur la côte Ouest et dans le centre du pays (photo: Keystone/AP)

Une faute?
Signalez-la nous!
Envoyer

Un nouveau concept fait fureur chez certains Américains, notamment sur la côte Ouest et dans le centre du pays. Le principe? Au cours d’une baby shower, traditionnelle réception où une future mère est couverte de cadeaux, une technicienne spécialisée débarque à domicile avec son équipement et projette en direct une image du fœtus. La famille et les proches prennent part aux réjouissances. «C’est incroyable et si bon de pouvoir partager ça avec ceux que l’on aime!» raconte Meredith, une Texane âgée de 24 ans et enceinte de 4 mois et demi. Son mari, Gary, et elle ont organisé une telle réunion chez eux la semaine passée.

Ultrasons potentiellement dangereux

L’échographie, pas remboursée par les assurances, coûte environ 230 fr., soit 70% de plus qu’à l’hôpital. Or, depuis quelques semaines, les médias d’outre-Atlantique relaient les réserves du corps médical: «Ces prestataires ne sont pas des professionnels de la santé.» «On ne sait pas dans quel état sont leurs machines et on ne sait rien de la formation des praticiens», a commenté la pédiatre Ari Brown sur ABC News. «Et si, lors de cette séance, on découvre que le cœur du fœtus ne bat plus ou qu’il a une malformation grave?» interroge Amber Sills, une obstétricienne de l’Arkansas. «Les effets des ultrasons sur le fœtus, en dehors d’un but médical, peuvent être néfastes», affirment les autorités américaines de la santé. Pourtant les sociétés, qui voient leur carnet de rendez-vous se remplir, ne se sentent guère concernées par ces questions. D’ailleurs aucune de celles que nous avons contactées n’a souhaité nous répondre.

Pratique légale en Suisse

Le phénomène essaime déjà en Grande-Bretagne et pourrait gagner le Vieux Continent. En Suisse, rien de tel n’a été observé. Selon Swissmedic, l’institut chargé de surveiller le marché du matériel thérapeutique, l’emploi, par tout un chacun, d’un appareil à ultrasons agréé est légal. Contactées par «20 minutes», les associations de médecins et les autorités fédérales ne condamnent pas cette pratique, mais appellent néanmoins à la vigilance.

Immobiliers

powered by

Trouvez des immobiliers

NPA
Loyer à
Pièces à

Trouver des locataires? Passer une annonce maintenant sur homegate.ch