Londres

03 janvier 2018 09:06; Act: 03.01.2018 14:03 Print

Bloqué dans l'avion, il craque: «J'y vais par l'aile»

Le passager d'un vol Ryanair en avait assez d’attendre pour sortir de l'appareil qui avait plus d'une heure de retard. Il a tenté de s'en aller par tous les moyens.

Sur ce sujet
Une faute?

L’incident s’est produit à bord d'un vol Ryanair reliant Londres à Malaga lundi soir. Un Polonais de 57 ans n'a pas apprécié de rester bloqué sur le tarmac de l'aéroport de Stansted à Londres. La compagnie low cost a en effet annoncé aux passagers un premier retard d'une heure, mais la frustration du quinquagénaire a atteint son sommet après une demi-heure d'attente supplémentaire sans explication, raconte le Sun.

D'après un passager interrogé par le Daily Mail l'homme souffrait d'asthme et avait besoin d'air. Le personnel de Ryanair serait resté sourd à ses demandes concernant sa santé. Ce témoin dit l'avoir vu utiliser à plusieurs reprises un inhalateur.

«Cela faisait environ une demi-heure que nous attendions pour sortir de l'avion, ce monsieur s'est dirigé tranquillement vers la sortie de secours, il a tiré sur le mécanisme d'ouverture, a regardé dehors, puis il est revenu chercher son sac à dos et il est sorti sur l'aile», a raconté à l'AFP Fernando del Valle, un passager.

Sous les yeux médusés des autres passagers, l'homme a ouvert la porte de secours. «Je m'en vais par l'aile». Sur la vidéo d'un passager du vol, on le voit tenter de marcher sur l'aile de l'avion avant de s'asseoir. Il a finalement été attrapé par le personnel de l’aéroport et ramené à bord de l'appareil. «Le commandant de bord était sidéré (...) il a demandé qui était sorti sur l'aile», a raconté ce vacancier espagnol, qui rentrait lundi soir de Londres à bord du vol FR8164.

L'homme a été immédiatement arrêté, a précisé une porte-parole de la compagnie en Espagne, dans un communiqué transmis par mail. «Le commandant de l'avion a requis l'intervention de la garde civile, qui a identifié le passager et a signalé l'infraction à l'agence de sécurité aérienne», a précisé de son côté un porte-parole de la Garde civile.

(cga/afp)